Front unique contre Fillon, contre la politique du gouvernement, contre la V° République.

La participation et le résultat des primaires de la droite ne sont pas une bonne nouvelle pour la classe ouvrière.

Pourtant, l’élimination de l’ancien président est en soi un signe de plus de la crise du régime de la V° République et a été accueillie avec satisfaction par un assez large public, ce qui se comprend. Son complément souhaitable et démocratique serait l’élimination du président en place pour lequel on nous dit qu’il ne faudrait pas faire de bashing, comme si lui n’avait pas été le premier responsable d’un « bashing » forcené et bien concret contre les droits sociaux et contre la démocratie tout au long de son mandat. Dire que certains états majors nous avaient concocté une réédition des élections présidentielles de 2012 !

Ce sont en partie les mêmes qui présentaient Alain Juppé comme le rempart contre Sarkozy puis contre Mme Le Pen, faisant en quelque sorte passer pour le dernier candidat de gauche le premier ministre de la contre-réforme contre la Sécu de 1995, le « plan Juppé ».

Les regroupements en cours dans les appareils politiques de droite en même temps que les mouvements profonds dans sa base sociale et électorale, suite à l’élection de Trump outre-Atlantique, se sont accélérés dans les derniers jours et ont conduit à Fillon à 44% sur près de 4 millions de participants.

M. Fillon n’est en soi ni meilleur ni pire que les autres protagonistes, comme M. Juppé il est un candidat parfaitement accepté, soutenu et anticipé par le capital financier et les hautes sphères de l’État (différant donc en cela d’un Trump), mais son passage en tête avec une telle marge fait de lui le candidat Bonaparte crédible pour une formidable offensive anti-sociale.

Avant d’avoir été le premier ministre réputé plein d’abnégation du président bling-bling Sarkozy, il fut l’auteur de la contre-réforme visant les retraites en 2003, qui permet de reporter indéfiniment l’âge de départ et qui a sa responsabilité dans le début de baisse de l’espérance de vie, et celui du « socle commun » au collège, ce qui fait de lui le premier inspirateur, dans la réalité, de l’actuelle « réforme du collège » du gouvernement Hollande/Valls/Valaud-Belkacem !

Mais surtout, il avance explicitement un programme économique de type thatchérien avec un slogan phare, la suppression de 500.000 postes de fonctionnaires, qui signe une déclaration de guerre non pas au (seul) fonctionnariat, mais bien au salariat dans son ensemble. Il préconise d’ailleurs la semaine amovible au goût des patrons entre 35 et 48 heures. La loi El Khomri en inversant l’ordre des normes en droit du travail le lui permettrait.

Thatcher en économie, Poutine en politique étrangère : Fillon est l’un des « grands candidats » français que l’impérialisme russe tient pour les plus proches de lui (ce n’est en rien trahir un secret de polichinelle que de dire que les deux autres sont Mme Le Pen et J-L. Mélenchon). Il soutient Poutine contre le peuple ukrainien comme contre le peuple syrien, ce qui n’est en rien une position anti-système : ce soutien se situe pour lui dans le cadre de l’Union Européenne et de l’OTAN.

Thatcher, Poutine … et Ludovine de la Rochère, de la « manif pour tous » qui vient de trouver son débouché politique : voilà la sainte Trinité qui constitue Fillon. De fait, au cours de la semaine précédant les primaires de la droite, le catholicisme profond en France a massivement fait mouvement en faveur de M. Fillon, et ce fut un facteur décisif. Les interdictions provocatrices d’affiches officielles de prévention sanitaire à destination de couples homosexuels dans plusieurs villes sont la suite directe de son succès de dimanche et annoncent sans aucun doute possible la volonté de poursuite d’une offensive réactionnaire en matière de mœurs.

Le fait qu’il ait obtenu 44% de près de 4 millions de votants lui confère un début de légitimité comme alternative pour le capital. Selon les sondagistes, un peu moins de 400.000 « électeurs du Front National » et un peu plus de 600.000 « électeurs de gauche » se sont déplacés à ces « primaires ». Il est probable que les premiers ont plutôt voté Fillon. Quant aux seconds, en venant voter Juppé, ils n’ont pour autant rien fait d’autre qu’amplifier le succès de Fillon en aidant au chiffre élevé des participants, tout en accentuant le flou idéologique et la confusion.

Il y a donc maintenant un danger identifiable et identifié et pas seulement une menace diffuse de catastrophe lors des prochaines présidentielles de la V° République.

Ce danger s’inscrit dans un contexte mondial où le capital, pris à la gorge par sa propre crise, doit attaquer. Trump annonce qu’il va frapper les travailleurs « non américains » et lever toutes entraves, sans doute même subventionner, les entreprises extractives polluantes, ce qui revient à mettre le feu quand il fait déjà trop chaud. Poutine bombarde Alep. Telle est la politique mondiale du capital : aucun avenir, seulement du sang et des larmes, et du sang et des larmes pour rien. Le triste Fillon représente bien cette orientation, issue dans son cas des profondeurs catholiques de la ci-devant bourgeoisie française.

Ce qui a conduit là est la politique antisociale et anti-démocratique de François Hollande et de ses gouvernements successifs. La défaite sociale qu’ils ont voulu infliger, par l’état d’urgence et la loi El Khomri, et qui n’est pas parvenu à éteindre le désir de combat et le mécontentement de larges couches du salariat, porte maintenant un nom possible, Fillon : c’est leur œuvre, comme est leur œuvre cette pulsion ridicule à aller voter aux primaires de la droite pour le dernier candidat « de gauche » qui s’appellerait Juppé !

Mais rien n’est fait. La contre-offensive, l’unité dans la lutte sociale, peut contrecarrer et en découdre avec ce scenario menaçant. L’unité exige d’abord que l’on affronte le gouvernement, maintenant, car lui nous affronte. Ensuite, le fait que près de 4 millions de personnes se soient déplacées aux primaires de la droite, celle-ci mobilisant toute sa base sociale et électorale, suscite une sorte d’envie d’en faire autant. A priori les primaires du PS ne sont pas propices à cette contre-attaque, sauf si la volonté d’unité et de contre-offensive sociale se porte sur un candidat en opposition frontale avec ce qu’a été la politique de l’exécutif depuis 2012 – et G. Filoche est seul à pouvoir dire cela s’il n’est pas empêché de s’y présenter. La perception du danger d’une recomposition efficace de la droite et de l’extrême-droite entendant bien boire le vin que MM. Hollande et Valls ont tiré pour elle peut produire des réactions parmi les travailleurs et la jeunesse. Elle pousse aussi de l’avant la candidature de J-L. Mélenchon, mais son orientation, opposée à celle de 2012, contredit la volonté d’unité et de regroupement pour affronter gouvernement, État et capital, maintenant. Dans notre prochain bulletin, nous reviendrons de près sur cette question, qui doit maintenant être débattue à fond.

Thatcher, Poutine et le Saint Sacrement : Non.

Nous battrons Fillon si nous nous mobilisons maintenant contre la politique du gouvernement, pour la levée de l’État d’Urgence, pour l’abrogation de la loi El Khomri et de la réforme du collège.

Nous battrons Fillon si par en bas, au moyen ou non de « primaires », les travailleurs et la jeunesse se réapproprient le contrôle sur les candidats et les programmes.

A bas la V° République : pas de sauveurs suprêmes !

(22-11-2016)

A propos aplutsoc

Arguments Pour la Lutte Sociale - Ce bulletin, ou circulaire, est rédigé par des militants pour qui le siècle commencé est gravement menacé par le capital, et pour qui la révolution prolétarienne, prise en main de leur destinée collective par les exploités et les opprimés eux-mêmes, est plus que jamais à l’ordre du jour. Il a pour but de fournir des arguments, des éléments politiques, des propositions d’action et matière à débat à toutes celles et tous ceux qui veulent ouvrir, en France et au niveau international, une issue politique aux luttes sociales qui ne cessent pas.
Cet article a été publié dans France. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.