Debout ! Pour aller où ? par Robert Duguet

Quelques notes sur la situation allemande.

A l’image de Jean Luc Mélenchon, Sahra Wagenknecht, par ailleurs responsable du groupe parlementaire de Die Linke et compagne d’Oskar Lafontaine, crée le mouvement Aufstehen (Debout !), à partir d’un site internet : c’est un engagement, face à la montée inquiétante de l’extrême droite allemande, vers un populisme de « gauche ». 

Lors de la conférence de presse du mardi 4 septembre 2018, étaient partie prenante la maire sociale-démocrate de Flensburg Simone Lange, ex-candidate à la direction du SPD en avril ainsi que le cofondateur  du parti écologiste Ludger Volmer. Sahra Wagenknecht revendique 100.000 adhésions internet et le soutien de politiques, d’artistes et d’écrivains. Ce n’est pas exactement, compte tenu des institutions allemandes, le parallèle de la FI française, il s’agit d’aller vers un front politique qui rassemble le SPD, Die Linke et les Verts, en mesure d’obtenir une majorité contre Merkel et la démocratie chrétienne. Aufstehen est appelé de l’extérieur du mouvement ouvrier allemand et de ses composantes social-démocrates, SPD et Die Linke, à élaborer une stratégie de pression sur les partis politiques par les moyens d’une plateforme internet : Sahra Wagenknecht jure qu’elle n’a pas l’intention de concurrencer les partis institutionnels de la gauche et de créer un autre parti.

C’est un projet anti-AfD, le parti d’extrême droite qui a défilé à Chemnitz aux côtés des groupes néonazis. La responsable d’Aufstehen déclare :  « Pour ceux qui en doutaient encore, les émeutes racistes de Chemnitz l’ont clairement montré, notre pays connaît une profonde crise démocratique, explique Wagenknecht. Ceci est dû avant tout à un déséquilibre social qui fait que ces dernières années, plus de 50 % de la population de ce pays a vu ses revenus et sa situation se dégrader. Il est urgent de réagir. »

Mais en refusant de manifester avec les opposants aux émeutes racistes de Chemnitz, Aufstehen va-t-il jouer sur une option anti-migrants de gauche, à l’image de la FI française.

Aufstehen, au-delà de la question migratoire, va-t-il pouvoir, de l’extérieur du mouvement ouvrier, dépasser les lignes d’opposition au sein des courants sociaux-démocrates et des verts, pour cela il faudrait construire une vraie opposition anticapitaliste qui réponde à l’impatience et la colère qui se développe dans la population laborieuse, donc une stratégie de front unique qui s’appuie sur les aspirations ouvrières : outre que je ne crois pas une seule minute aux mouvements « gazeux » qui naissent sur internet, pour l’instant Aufstehen a pris la mauvaise pente du populisme.  Tout au plus ce positionnement des deux dirigeants qui ont été les chevilles ouvrières d’un courant social-démocrate de gauche, rencontre une opposition sérieuse au sein des Linke eux-mêmes, qui veulent garder leur fonctionnement de parti. Le danger est bien qu’Austehen mette en danger le parti lui-même et risque de le détruire. La sympathie que l’aile gauche du SPD pouvait nourrir à l’égard de Die Linke, ne se retrouve pas pour le mouvement Aufstehen. Par exemple, la députée SPD de Hesse Andrea Ypsilanti, si elle estime juste avec Aufstehen de dire qu’il est urgent de réagir vis-à-vis du vide politique actuel à gauche, craint le caractère vertical et personnalisé du mouvement autour d’un leader. 

Tout comme, l’abandon de la ligne socialiste de gauche promue par les fondateurs du Parti de Gauche français en 2014, confirmant l’explosion du Front de Gauche, au profit du mouvement populiste et nationaliste France Insoumise, a amené la destruction du PG. Aujourd’hui le PG, qui a subi toutes les oukases bonapartistes de Mélenchon, ses fédérations dissoutes ou mises sous tutelle, est vidé de toute sa substance militante.

Robert Duguet, 04-11-2018.

A propos aplutsoc

Arguments Pour la Lutte Sociale - Ce bulletin, ou circulaire, est rédigé par des militants pour qui le siècle commencé est gravement menacé par le capital, et pour qui la révolution prolétarienne, prise en main de leur destinée collective par les exploités et les opprimés eux-mêmes, est plus que jamais à l’ordre du jour. Il a pour but de fournir des arguments, des éléments politiques, des propositions d’action et matière à débat à toutes celles et tous ceux qui veulent ouvrir, en France et au niveau international, une issue politique aux luttes sociales qui ne cessent pas.
Cet article a été publié dans Allemagne. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.