Octobre, le mois où le président des riches a perdu tout crédit.

Les données économiques publiées au troisième trimestre 2018 démentent sévèrement les annonces orchestrées par le gouvernement Macron-Philippe pour présenter les contre-réformes comme favorables à la croissance et à l’emploi. Ainsi la chute des opinions positives sur la présidence de Macron, certes aggravée par sa gestion des affaires et des crises ministérielles, repose sur les contre-performances économiques de sa politique du point de vue même des économistes bourgeois. 

Un ressenti critique

Les salariés, les retraités, les jeunes, les femmes, les mal-logés savaient déjà, depuis la baisse des dotations aux communes, la hausse de la CSG prélevée sur les pensions, la suppression de 50% des emplois aidés, la réduction des crédits d’hébergement d’urgence, etc., qu’il ne faisait pas bon vivre sous Macron. Mais le gouvernement  ne manquait pas de leur opposer une croissance  favorable en 2017 (2,3%), des créations d’emplois au plus haut (340.000) et une (faible) baisse du chômage.

En octobre 2018, 69% des Français estiment que la politique économique du gouvernement est mauvaise (Enquête mensuelle d’opinion BVA/La Tribune). C’est un record depuis octobre 2017. Les Français les plus critiques à l’égard du gouvernement sont les moins de 35 ans avec 75% d’insatisfaits. Ils sont 73% chez les 50-64 ans. Même les plus de 65 ans sont critiques à 57%.

Macron relance… le chômage…

Mais les faits sont plus cruels encore que le ressenti. Le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A (sans aucune activité) a augmenté de 0,5% (+ 16 300), au troisième trimestre 2018, selon les chiffres publiés par le ministère du Travail le jeudi 25 octobre. Le nombre de personnes exerçant une activité réduite courte (catégorie B) augmente de 2,1% par rapport au trimestre précédent et celui des personnes en activité réduite longue (catégorie C) recule de 0,8%. Au total, le nombre de demandeurs d’emploi des trois catégories augmente de 0,4% sur le troisième trimestre (+21 700) et de 0,6% sur un an.

La hausse concerne toutes les catégories d’âge. La plus forte touche les chômeurs de 50 ans et plus : +0,6% sur le trimestre. Chez les moins de 25 ans, la hausse est de +0,3% sur le trimestre.

Comme au trimestre précédent, le chômage de longue durée a plus fortement augmenté : en incluant les demandeurs d’emploi ayant exercé une activité, 2,811 millions étaient inscrits depuis plus d’un an. Un chiffre en hausse de 1,1% sur le trimestre et de 6,4% sur un an.

L’Observatoire Français des Conjonctures Économiques (OFCE) prévoit « un moindre dynamisme des créations d’emploi cette année (233.000) contre 347.000 en 2017 ». Cette baisse devrait se poursuivre dans les deux années à venir (161.000 en 2019 et 116.000 en 2020).

… et la stagnation

Ce «  moindre dynamisme »  de la création d’emploi  est lié au ralentissement de la croissance française en 2018. Le gouvernement a révisé sa prévision de croissance à la baisse pour 2018 passant de 2% en avril dernier à 1,7%. Ce faisant, le gouvernement Macron-Philippe manifeste  plus  d’optimisme que l’Insee, la Banque de France  ou le FMI qui prévoient 1,6% pour cette année. Le gouvernement table aussi sur un rebond en 2019 (1,8%) et une baisse en 2020 (1,5%). Mais là encore d’autres prévisionnistes comme l’institut COE Rexecode sont beaucoup plus réalistes. Dans ses dernières prévisions COE Rexecode anticipe une croissance à 1,6% pour 2018 et 1,3% pour 2019, « sous réserve que la conjoncture mondiale ne se dégrade pas significativement. »

De fait, de nombreux risques, parmi  lesquels les mesures protectionnistes de Trump, pourraient venir peser sur la conjoncture mondiale. L’OFCE anticipe une baisse du produit intérieur brut mondial passant de 3,4% à 3,1% entre 2018 et 2020 avec un coup de frein encore plus marqué dans les pays industrialisés.

Ce qu’il reste de convaincus à la Macronie fera valoir que le ralentissement de la croissance ne concerne pas seulement la France. Dans la zone euro la croissance est passée de 0,7% pour chacun des trimestres de 2017 à 0,4% au 1er trimestre 2018. Mais ce recul est inégal. Il frappe davantage la France, la Grande Bretagne, l’Italie.

Environ deux tiers de cet écart de croissance entre la France (0,2%)  et celui de la zone euro hors France) s’expliquent par la mauvaise performance de la consommation des ménages, conséquence directe des mesures fiscales : l’augmentation de la fiscalité directe avec la hausse de la CSG « non compensée par la baisse des cotisations salariés » et la hausse de la fiscalité indirecte sur le tabac et les carburants

Ce ne sont pas les statistiques qui chasseront  Macron…

Les Français sont là devant la réalité de la politique du gouvernement Macron : il doit diminuer les salaires réels, diminuer les budgets sociaux. Il doit  prélever par des taxes toujours plus élevées sur la consommation des travailleurs, la part, jamais suffisante qu’il distribue au capital. Les Français sont de plus en plus nombreux à ressentir cette réalité. Aujourd’hui 69%. Mais aujourd’hui aussi, et aussi longtemps qu’elle ne pourra pas surmonter la division par une lutte sociale d’ensemble, aussi longtemps qu’elle ne s’unira pas sur le projet politique d’en finir avec les institutions du capital, cette majorité restera impuissante. 

LM, 30-10-2018.

A propos aplutsoc

Arguments Pour la Lutte Sociale - Ce bulletin, ou circulaire, est rédigé par des militants pour qui le siècle commencé est gravement menacé par le capital, et pour qui la révolution prolétarienne, prise en main de leur destinée collective par les exploités et les opprimés eux-mêmes, est plus que jamais à l’ordre du jour. Il a pour but de fournir des arguments, des éléments politiques, des propositions d’action et matière à débat à toutes celles et tous ceux qui veulent ouvrir, en France et au niveau international, une issue politique aux luttes sociales qui ne cessent pas.
Cet article a été publié dans France. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.