A l’attention des camarades du GMI

Chers camarades,

Merci pour votre invitation, que nous avons publiée sur notre site. Elle appelle de notre part les remarques suivantes :

1) Vous nous proposez « d’unir dans l’action les groupes qui prennent au sérieux leur position pour la grève générale et l’auto-organisation ».

Notre position sur ces questions découle de la question du pouvoir non évoquée dans votre invitation.

Le but de la grève générale et de l’auto-organisation à tous les niveaux des travailleurs sous des formes diverses, en AG d’entreprise, comités de grève élus et révocables, comités de grève associant délégués des grévistes et syndicats, sous contrôle des grévistes, AG de localité de diverses formes possibles (AG de délégués de boites élus, AG Inter-pro …), mais aussi dans les syndicats en mettant les dirigeants sous contrôle des syndiqués mobilisés, sans oublier les groupes de gilets jaunes, le but disons nous, vise le retrait du projet de destruction des retraites et le retrait de Macron, les deux (la revendication et le but politique) étant liés.

Par conséquent, estimant que le mouvement réel en est à poser ces questions, il nous semble nécessaire, sans étapes préalables du type « délimitation programmatique », d’associer tous ceux qui veulent organiser la grève générale pour gagner le retrait de cette contre-réforme et le retrait de ce pouvoir (et poser la question du retrait de l’ensemble des contre-réformes passées et présentes (loi Blanquer, loi Fonction publique, loi santé et hôpital, lois Travail Macron-Hollande-El Komri, etc … )), en allant vers la destruction de l’appareil d’Etat capitaliste de la V° République.

Grève générale et auto-organisation sont nourries par la révolution, c’est-à-dire par la poussée vers l’affrontement politique central avec l’exécutif et le régime – c’est là toute la leçon réactualisée par le 5 décembre.

2) Votre proposition se complète de l’offre d’un « front pour l’action [qui], si nous parvenons à le réaliser, devrait conduire à examiner les possibilités de rassembler durablement nos forces dans une organisation communiste à l’échelle de tout le pays, ce qui ne peut se faire que sur un programme international inspiré de la Ligue des communistes, de l’Internationale communiste du temps de Lénine, de la 4e Internationale du vivant de Trotsky. »

Au passage, vous soulignez « la dispersion et la division des rares forces qui se prononcent pour la grève générale et la démocratie ouvrière ».

Il nous semble pour notre part possible et nécessaire de proposer une représentation démocratique des salariés et des opprimés, sans préalable programmatique ou historique autre que celui de poser ici et maintenant la question du pouvoir, la question de la démocratie, et que la voie vers un parti passe par là.

Larges, et non pas rares, sont les forces désireuses d’agir pour la grève générale et l’auto-organisation de notre classe. Elles sont présentes de manière « spontanée » et, en contradictions avec leurs directions, dans les rangs des organisations existantes, sans qu’une échelle de valeur à cet égard ne soit nécessaire entre organisations traditionnelles, ou plus récentes, ceux que vous appelez « centristes » (de fait LO, NPA, POI, POID, UCL), voire se voulant « révolutionnaires » comme la liste d’invités que vous avez établie.

Votre proposition de « front révolutionnaire pour l’action » court le risque d’être d’un côté trop étroite et, en fait, très sélective, par rapport à ce qui serait nécessaire, et, de l’autre, trop imprécise en se centrant sur « l’action » gréviste d’un côté, le programme historique de l’autre, tout en esquivant la question du pouvoir et de la démocratie (cf. notre 1° point).

Tout courant issu des traditions historiques du mouvement ouvrier est libre de développer ses positions et d’exposer ses conceptions dans le cadre de l’action commune pour chasser Macron et la V° République. Traditions, y compris programmatiques, qui sont loin de se limiter aux moments particuliers de délimitation que vous énumérez (Ligue des communistes, certes, mais aussi l’AIT, 2ème Internationale avant sa déchéance …).

Discussion à poursuivre, bien entendu.

Salut et fraternité,

Le comité de rédaction d’APLS, le 14-12-2019.