LES CHEMINOTS ONT RAISON.

Ce qui s’est passé à la SNCF le vendredi 18 octobre est un évènement politique important, qui donne la température réelle du pays et de la société.

Un accident ferroviaire dans les Ardennes a fait 11 blessés et le conducteur, blessé lui-même, seul dans le train, a dû tout gérer – et a géré.

En apprenant cela, massivement, les cheminots excédés par ce qui n’est rien d’autre que la goutte d’eau supplémentaire faisant tout déborder, ont exercé leur droit de retrait. Dans toute la France une grève sur le tas des trains a commencé à se généraliser. Les syndicats SUD-Rail, CGT, FO et Fgaac-CFDT ont appuyé le mouvement.

La direction de la SNCF dénonce une « grève sans préavis » et, au risque de tout envenimer, annonce vouloir aller en justice contre les travailleurs ayant exercé leur droit de retrait de manière « illégitime ».

Soyons clairs : oui, il s’agit du droit de retrait, et oui, cela s’appelle la grève !

Oui, il s’agit du droit de retrait : l’accident a mis à vif la situation de danger dans laquelle les contre-réformes ont placé personnels et usagers. Ce droit de retrait est parfaitement légitime et si les patrons de la SNCF ne veulent pas le reconnaître, c’est parce que la situation dans laquelle ils ont mis la SNCF justifie le droit de retrait dans toute la France et dans tous les trains !

Oui, il s’agit d’une grève : grève sur le tas, ne respectant pas les dispositifs légaux mis en place sous Sarkozy dans les transports et les écoles, qui sont des dispositifs anti-grèves et liberticides.

Il n’y a nulle contradiction entre ces deux affirmations. En exerçant leur droit de retrait par la grève sur le tas, les personnels défendent des trains sécurisés qui arrivent à l’heure et tentent de prévenir les prochains accidents, les prochains déraillements, littéralement programmés par un gouvernement et une direction qui, à l’heure du réchauffement climatique, font tout pour assassiner les transports collectifs. Le droit de retrait et le droit de grève sont les remparts de l’intérêt social général !

En 2018 des semaines de grève alternée de deux jours tous les trois jours, annoncées par avance, n’ont malgré la combativité et la discipline des cheminots pas empêché la contre-réforme de la SNCF. Ce vendredi, la masse des cheminots a montré qu’elle reste disposée à contre-attaquer et elle a signifié par le fait que la contre-attaque, c’est la grève, la vraie grève, partie d’en bas, celle qui bloque tout sans prévenir et sans date butoir.

Bien entendu, Macron, Pépy et compagnie ne peuvent tolérer un tel mouvement qui met à nu la réalité : leur illégitimité, sociale, politique et au plan de la sécurité des passagers et des personnels.

Alors ils vont vouloir frapper. Ils vont vouloir traîner les cheminots en justice. Pour eux, il ne doit plus y avoir ni droit de retrait, ni droit de grève.

La réponse ? c’est le Tous ensemble. Pour les stopper, pour les battre, pour les chasser. On en parle pour le 5 décembre. Mais s’il faut avant pour défendre les cheminots en retrait et en grève contre les saboteurs et les dérailleurs, alors il le faudra.

SOLIDARITÉ TOTALE AVEC LES CHEMINOTS QUI ONT STOPPE LES TRAINS CE 18 OCTOBRE.

DROIT DE RETRAIT POUR PEPY, CASTANER, PHILIPPE ET MACRON !

TOUS ENSEMBLE, TOUS ENSEMBLE POUR LES CHASSER !

19-10-2019.

Retrouvons-nous, discutons-en le 20 octobre !

A propos aplutsoc

Arguments Pour la Lutte Sociale - Ce bulletin, ou circulaire, est rédigé par des militants pour qui le siècle commencé est gravement menacé par le capital, et pour qui la révolution prolétarienne, prise en main de leur destinée collective par les exploités et les opprimés eux-mêmes, est plus que jamais à l’ordre du jour. Il a pour but de fournir des arguments, des éléments politiques, des propositions d’action et matière à débat à toutes celles et tous ceux qui veulent ouvrir, en France et au niveau international, une issue politique aux luttes sociales qui ne cessent pas.
Cet article a été publié dans France, Mouvement ouvrier. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour LES CHEMINOTS ONT RAISON.

  1. Ping : France: “We are going forward to a big social clash” – Oakland Socialist

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.