Editorial du N°1 du 25 mars 2015 – Après le premier tour des départementales

C’est désormais une lapalissade : le fait majeur réel des élections en France est l’abstention massive, voulue, assumée, qui s’apparente à une grève du vote de la part de ce qui fut l’électorat de gauche, qui condamne sur toute la ligne une politique présidentielle et gouvernementale qui est, en effet, sur toute la ligne, dirigée contre lui, contre ses droits sociaux, contre ses aspirations. L’abstention majoritaire « à gauche » est en ce sens la réponse au 49-3 pour faire passer la loi Macron écrite par le MEDEF. D’autant que ceux qui sont allés voter « à gauche », eux non plus, n’en pensent pas moins : ils y sont allés en se disant qu’il fallait empêcher la catastrophe provoquée par le président et le gouvernement.

Le second fait est le score du FN. Il est acquis qu’à l’électorat initial historique du FN, petit-bourgeois et pied-noir, s’ajoute massivement le vote de couches prolétariennes atomisées, en souffrance, sans perspectives politiques, sans organisations à elles, et se percevant comme des « petits » par opposition aux « gros » et comme des « victimes » sans trop savoir qui sont les « coupables ». Le racisme n’est pas le seul moteur de ce vote (ce qui ne change rien à la filiation historique fasciste du FN et ne signifie pas que le racisme ne soit pas une réalité), vote qui a été pour ainsi dire construit par les politiques de tous les gouvernements successifs, particulièrement le dernier, qui bât tous les records d’hypocrisie : tout n’était-il pas fait par M. Valls, entre loi Macron, dérives anti-Roms, réforme territoriale anti-démocratique et illisible, pour favoriser le FN, alors même qu’il faisait la morale au monde entier à ce sujet ? A ce vote de prolétaires atomisés (ouvriers, employés, chômeurs), s’ajoute aussi le vote des beaux quartiers : pour ce qu’il est convenu d’appeler la bourgeoisie le FN est utilisable.

Car la campagne d’affolement du pompier incendiaire Valls a aussi servi à masquer la venue du résultat pourtant prévisible de l’UMP et de l’UDI, dont le réseau de notables a entrepris de prendre la place de celui du PS pour mettre en œuvre les mauvais coups initiés par le gouvernement, contre les collectivités locales et la fonction publique territoriale. La résultante politique principale de ce premier tour, un non-dit qui crève les yeux, est donc une majorité UMP/UDI et … FN. Le « ni, ni » de Sarkozy se présente faussement comme un refus du FN alors qu’il signifie, pour l’électorat UMP et ses responsables locaux, que la porte est ouverte au vote FN au second tour et aux combinaisons avec lui.

On ne barrera pas la route à l’arrivée au pouvoir du FN et au retour au pouvoir de l’UMP, et à toute combinaison des deux, en faisant bloc derrière le président et le gouvernement, puisque cette arrivée et ce retour sont le fruit logique et inévitable de leur politique.

Au delà du vote de dimanche prochain contre le FN, l’UMP et l’UDI, il faut maintenant reconstruire une perspective politique. Quoi que l’on dise de la cuisine de chiffres faite par le ministère de l’Intérieur sur les scores Front de gauche et apparentés, ceux-ci ne se distinguent pas du recul global national de « la gauche » même si dans le détail il apparait qu’il résiste mieux que le PS. Le Front de gauche représentait la possibilité politique d’une autre majorité dans l’année qui a suivi l’élection présidentielle, mais l’ampleur des dégâts causés par le gouvernement et sa propre paralysie par ses dirigeants font que nous n’en sommes plus là. Au moins depuis les grèves contre les licenciements en Bretagne de la fin 2013, les luttes sociales ne se déroulent plus en relation avec ce que l’on a longtemps appelé une « perspective politique à gauche ».

La perspective politique nécessaire doit avant tout être démocratique en donnant la parole au plus grand nombre, ce qui exige une triple rupture : avec le capital qui dicte au président et au gouvernement leur politique et leurs lois, avec les « institutions européennes » et leur verrou bancaire et monétaire qui montent la garde sur les intérêts du capital, avec la V° République antidémocratique. Ces trois ruptures, qui au fond ne font qu’une, sont nécessaires pour établir souveraineté et démocratie, car la loi du capital, les institutions dites européennes, et la V° République, font en sorte que vous pouvez bien voter comme vous voulez, c’est leur politique qui s’applique.

La difficulté pour dégager une telle perspective vient de la même raison qui exige de la construire : la « gauche » arrive en fin de cycle, les déceptions accumulées d’alternances en alternances arrivent aujourd’hui à leur stade final. Mais la roche sur laquelle il faut rebondir et agir n’a pas, elle, changé : les besoins des gens, un salaire correct pour un travail correct dans une durée limitée, un avenir pour les enfants, sont toujours là et poussent, inexorablement, à la lutte.
Voila où nous en sommes : ce n’est qu’un début !

A propos aplutsoc

Arguments Pour la Lutte Sociale - Ce bulletin, ou circulaire, est rédigé par des militants pour qui le siècle commencé est gravement menacé par le capital, et pour qui la révolution prolétarienne, prise en main de leur destinée collective par les exploités et les opprimés eux-mêmes, est plus que jamais à l’ordre du jour. Il a pour but de fournir des arguments, des éléments politiques, des propositions d’action et matière à débat à toutes celles et tous ceux qui veulent ouvrir, en France et au niveau international, une issue politique aux luttes sociales qui ne cessent pas.
Cet article a été publié dans Editorial. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.