Leçons politiques des législatives partielles du 25 novembre.

En complément aux leçons politiques du 24 novembre….

Dimanche 25 novembre s’est tenu le second tour des législatives partielles dans l’ancienne circonscription de Manuel Valls, dans l’Essonne, parti pour aller défendre le roi d’Espagne et l’héritage du caudillo à Barcelone.

Il opposait son héritier, « sans étiquette » soutenu par Macron, Francis Chouat, et la candidate « France insoumise » Farida Amrani, qui, en juin 2017, soutenue par un large regroupement local, avait été « battue » dans des conditions contestées par Manuel Valls par 11.757 voix contre 11.618.

Cette fois-ci, F. Amrani perd avec 4546 voix contre 6560 à Chouat (40,9% contre 59,1%), la participation, déjà faible en 2017 (40% et 36% aux premier et second tours), tombant à 17,06% (non compris près de 10% de votes blancs et nuls !).

Question : alors que la France est balayée de rassemblements criant « Macron, démission », que les deux samedis précédents de sérieux affrontements se sont produits dans les parages de l’Élysée, que les principales raffineries sont en grève, que la question de la grève et de la manifestation sont les vraies questions politiques qui parcourent de larges masses, comment faire en sorte de faire élire un macronien héritier de M. Valls ?

Réponse : d’abord, en ne posant pas la question du pouvoir ou en la laissant au RN. Selon J.L. Mélenchon, le vote Amrani aurait dû être le « vote anti-Macron », sauf que son plan c’est d’affronter Macron (et encore, par procuration) … aux Européennes de mai prochain !

De même, les candidats de gauche qui se sont désistés pour F. Amrani plaident pour « l’unité de la gauche » mais ne répondent pas à la crise sociale. On garde Macron, on emploie un vocabulaire dans lequel ne figurent pas les mots « grève générale », ni grève tout court d’ailleurs.

En étant bien incapable de démontrer en quoi une députée de plus dans le groupe FI porterait un coup au pouvoir en place dans ces conditions, F. Amrani, auquel J.L. Mélenchon reproche maintenant d’avoir voulu « rassembler la gauche », a pourtant tendu la main à l’électorat RN (13,72 % au premier tour) : tout en appelant « l’ensemble des forces progressistes à se rassembler« , elle qualifiait ce score de « très haut«  et, entendant « cette colère qui s’exprime dans les urnes«  (à savoir le vote RN), elle l’appelait à se traduire en « vote utile«  pour elle, de façon à « combattre sans pitié la politique de Macron. » Sans pitié, mais sans fixer l’objectif politique de le chasser quand le pays est couvert de panneaux « Macron démission » …

Il est donc confirmé 1°) que la crise des partis issus du mouvement ouvrier ne permet pas à ceux-ci, y compris quand ils sont plus ou moins unis, d’être une alternative et 2°) que la FI, produit de cette crise, fait partie du problème et pas de la solution, puisque la FI au second tour, c’est Macron gagnant dans un pays en flammes avec plus de 80% d’abstentions !

Se pose donc la question de la représentation politique de cette immense majorité dont font partie aussi bien les « gilets jaunes » que les salariés en grève et cherchant leur unité d’action. Elle ne peut pas se construire sur la simple « unité de la gauche » semblant ne pas tenir compte du passé proche, elle ne peut pas non plus se construire sur l’ « unité du peuple contre l’oligarchie » avec main tendue à la base du RN, et elle peut encore moins se construire sur le mélange de ces deux méthodes faillies.

Elle peut et doit se construire et rassembler sur la base de l’action de classe du prolétariat : Dehors Macron ! Unité ! Grève générale !

26-11-2018.

A propos aplutsoc

Arguments Pour la Lutte Sociale - Ce bulletin, ou circulaire, est rédigé par des militants pour qui le siècle commencé est gravement menacé par le capital, et pour qui la révolution prolétarienne, prise en main de leur destinée collective par les exploités et les opprimés eux-mêmes, est plus que jamais à l’ordre du jour. Il a pour but de fournir des arguments, des éléments politiques, des propositions d’action et matière à débat à toutes celles et tous ceux qui veulent ouvrir, en France et au niveau international, une issue politique aux luttes sociales qui ne cessent pas.
Cet article a été publié dans France. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.