Polarisation de classe contre l’exécutif Macron

Depuis une semaine la lutte des classes en France a connu plusieurs faits hautement significatifs.

Provocation contre les routiers

Jeudi 28 septembre, Mme Borne, ministre des Transports avec à ses côtés les organisations patronales, recevait les syndicats de routiers, tandis que FO et CGT organisaient arrêts de travail et blocage de dépôts pétroliers depuis lundi malgré de nombreuses violences policières.

 Au bout de 5 minutes, c’est la CFDT qui claquait la porte ! Toutes les fédérations de routiers se sont déclarées « effarées ». Mme la ministre venait d’annoncer que les ordonnances Macron concerneront les frais de route, à savoir les indemnités pour restauration, nuits passées dans les camions, longs trajets … jusque là fixées au niveau de la branche. Autrement dit, n’importe quel taulier pourra inventer une « négociation d’entreprise » pour les supprimer ou les baisser, alors qu’elles représentent un part importante des revenus des routiers.

Telle est bien, en effet, la logique de la liquidation du code du travail comme loi nationale et des conventions collectives ou accords de branche, telle est bien la logique des ordonnances Macron adoptées en conseil des ministre le 22 septembre dernier.

 

Provocation contre les portuaires.

 

Autre fait de même nature : le syndicat général des Travailleurs portuaires du Havre, CGT, a publié vendredi 29 une mise en garde solennelle au conseil de surveillance portuaire (présidé par le préfet de Région) contre la non publication par le ministère des Transports de l’avenant à la convention collective de février 2017, signée à cette date avec les représentants patronaux, un texte de compromis faisant suite aux grandes luttes du Havre contre la loi El Khomri et qui apportait des garanties au maintien du rôle de la branche portuaire : le ministère envisage donc de ne pas l’avaliser, afin d’appliquer à fond les ordonnances Macron – même là où le patronat avait signé le maintien du rôle de la branche !

Le syndicat du port annonce la grève des heures supplémentaires et travaux exceptionnels à partir de lundi.

Chez Liddl, une grève cash.

Si le gouvernement pense pouvoir tout se permettre après l’adoption de ses ordonnances, il ferait bien de se méfier. « Plus vite, t’es nul ». L’enquête exemplaire de l’émission Cash investigation a fait éclater la vérité sur ce qui se passe chez Lidl … et ailleurs. « Despotisme dans l’entreprise, anarchie dans la société » (Marx, Le Capital).

Et c’est après avoir tous vu cette émission que les salariés du Lidl de Rousset (Bouches-du-Rhône) ont soudain bloqué l’entrepôt, suite au licenciement d’un employé pour une « faute grave » consistant à avoir quitté son travail 17 minutes à l’avance, et alors que l’un des leurs s’était pendu dans les locaux, en mai dernier.

La colère sociale, contenue et latente, est immense. Les ordonnances Macron, c’est le despotisme dans la boite.

Signification générale du CCN de FO.

Ce sont ces rapports réels qui se sont traduits dans le comité national confédéral de Force Ouvrière des 28 et 29 septembre, où J.C. Mailly n’a pas à proprement parler été mis en minorité, car il n’a eu aucune voix. A ce stade, ce n’est plus une position minoritaire ! Qu’on en juge en effet : le dirigeant confédéral s’était prononcé contre tout appel à une nouvelle journée de grève interprofessionnelle demandant le retrait des ordonnances. Or, le CCN a adopté un texte qui appelle à une telle journée, avant la ratification parlementaire des ordonnances Macron.

123 Pour, 20 abstentions, aucune voix contre !

On aimerait à cette heure voir ce texte sur les sites de FO. J.C. Mailly désavoué pour avoir violé son mandat a annoncé samedi matin qu’il ne démissionnerait pas. On va voir. Il y a de nombreuses militantes et de nombreux militants qui connaissent le terrain et qui sont parfaitement capable de diriger une confédération. On va donc voir comment il va s’y prendre, et avec quels soutiens, pour continuer à embrouiller la lutte contre les ordonnances Macron et toute la suite que Macron veut imposer.

Mais un fait majeur vient de se produire : on a pu voir que les dirigeants pourraient être démis et remplacés, et que ce sont les syndiqués, les travailleurs, qui doivent imposer l’orientation conforme à la défense de leurs intérêts.

La grève unitaire des fonctionnaires et au delà.

Dans cette situation générale, la grève unitaire des fonctionnaires du mardi 10 octobre prochain revêt une signification forte et va très probablement drainer des forces allant au delà de la seule fonction publique. Des milliers de délégués CFDT et UNSA souhaitent maintenant entrer dans la lutte après des années de silence. Les ordonnances Macron rendent inutile à terme un syndicalisme de branche « coopératif » et plus encore des organisations condérées signant des accords puisque tout ou presque pourrait passer par l’entreprise.

A quoi bon rendre service aux patrons au niveau de la branche, du bassin ou du site, quand ils peuvent affubler leur bon vouloir du label « négociation collective », réviser les contrats de travail et licencier ceux qui n’accepteraient pas cela ? Les ordonnances Macron c’est ça. Leur application détruit les droits de tous. Cette bataille ne fait donc que commencer.

Le 12 octobre, n’y allez pas !

Le 12 octobre, Macron a convoqué les dirigeants syndicaux nationaux à une nouvelle messe pour causer avec eux des prochaines « réformes ». Il ne faut pas y aller ! Même pour protester !

A un moment donné, l’immense majorité, dans toutes les organisations jusqu’à la CFTC ou la CGC inclues (!), et au delà l’immense majorité de ceux qui n’ont plus rien que leur conscience et leur dignité, comme au Lidl de Rousset, vont imposer l’unité, leur unité.

Leur unité. Et cela, c’est de la politique.

La lutte des classes est une lutte politique. L’unité, le Tous ensemble, c’est l’affrontement général avec Macron. Les forces se recomposent dans cette direction.

C’est pourquoi APLS avec d’autres camarades dont le blog de Robert Duguet, http://socialisme-2010.fr/blog2016/ organise une première réunion nationale – après des réunions locales sur lesquelles nous reviendrons – le dimanche 15 octobre. Nous contacter !

01-10-2017.

A propos aplutsoc

Arguments Pour la Lutte Sociale - Ce bulletin, ou circulaire, est rédigé par des militants pour qui le siècle commencé est gravement menacé par le capital, et pour qui la révolution prolétarienne, prise en main de leur destinée collective par les exploités et les opprimés eux-mêmes, est plus que jamais à l’ordre du jour. Il a pour but de fournir des arguments, des éléments politiques, des propositions d’action et matière à débat à toutes celles et tous ceux qui veulent ouvrir, en France et au niveau international, une issue politique aux luttes sociales qui ne cessent pas.
Cet article a été publié dans Editorial, France, Mouvement ouvrier, Syndicalisme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.