Le quinquennat a commencé à la Souterraine.

A bout, les salariés de GM&S Industries à la Souterraine, dans la Creuse, occupent leur usine, l’ont bardée de bonbonnes de gaz et ont commencé la destruction, ouvertement et médiatiquement, des machines, en tant que « geste symbolique » expliquent-ils.

L’ancienne entreprise Socomec, installée en 1962 à la Souterraine, a eu jusqu’à 600 salariés, première usine de tout le département de la Creuse. Depuis 1991, devenue alors Euramec, elle est également implantée à Bessines en Gartempe, dans la Haute-Vienne voisine : c’est là qu’avaient été produites les unités avant des Espace Renault. A la Souterraine, sont produits divers sous-ensembles de voitures. Ces sites de production sont devenus la propriété d’opérateurs jouant sur les marchés financiers en relation avec les clients qui les font tourner, lesquels sont, principalement, Renault et PSA. Depuis 2005 tout particulièrement, s’est déroulée une scandaleuse, mais parfaitement légale, valse de rachats assortis de menaces artificielles de faillite pour remboursements de prêts, de subventions publiques et notamment régionales surabondantes, de réduction des effectifs et de promesses de reprises alors même que le site continuait à produire et à vendre.

Aujourd’hui, les 283 salariés menacés de tout perdre ont, lorsqu’ils commencent à détruire le matériel, la sympathie affichée de toute la population, des élus locaux dont le députés PS de la Creuse Michel Vernier, la compréhension des policiers installés à proximité. Oui, ils ont raison, et ce qu’ils signifient ainsi, c’est que la production, c’est eux.

Sauf que dénoncer « la finance » comme il est de bon ton de le faire de l’extrême-droite à la « gauche radicale », et faire quelque chose de réel en leur faveur, ce n’est pas la même chose. Alors que ce serait tout simple : la réquisition du site et sa remise en marche avec l’aide des collectivités locales qui ont tant versé dans le tonneau des Danaïdes de ces mêmes financiers tant dénoncés, l’expropriation et la socialisation du capital immobilisé et placé sous hypothèque que constituent le site industriel et ses machines. Selon Etienne Lejeune, premier adjoint au maire, il faut que l’Etat « demande à Renault et PSA de jouer leur rôle d’aménageurs du territoire. » Mais il n’y a qu’un seul capital et non pas un vilain, qui serait « la finance », et un gentil, « aménageur du territoire », qui serait productif : comme l’expliquent les représentants des personnels de l’usine, Renault et PSA sont complices et inspirateurs du siphonnage financier du site.

C’est un fait politique de première importance : le premier « conflit social » majeur de la présidence Macron pose directement la question d’un pouvoir, d’un Etat, qui soit celui de la majorité, celui des travailleurs, et qui au lieu de bavasser contre « la finance » tout en cherchant un énième « repreneur » à subventionner, exproprie le capital quand c’est nécessaire, pour pouvoir faire marcher les moyens de production au service de la société.

Mardi 16 mai, à 15h devant le site, à 17 heures à la mairie, population et salariés sont appelés à manifester par la CGT à l’échelle nationale, avec le soutien des unions locales CGT et FO, et de SUD-Renault, cependant que ce dimanche 14 mai, une manifestation a également lieu à la Souterraine pour le rétablissement et la défense du service public ferroviaire. Emploi, services publics, droits sociaux : la question du Tous ensemble contre Macron doit être dès maintenant mise concrètement en discussion.

Cet article a été publié dans Editorial, France. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.