5ème République : pour une rupture effective !

Complicité. C’est le mot qui vient à l’esprit à propos de la soirée de débat électoral entre les 5 « grands candidats » organisée sur TF1 dans la soirée du lundi 20 mars. Car tout de même, François Fillon avant tout et également Marine Le Pen n’ont-ils pas des casseroles de tout premier plan ? Qu’on ne vienne pas dire qu’il fallait parler programme et ne pas « polluer » le débat avec les « affaires ». Les « affaires » sont et doivent être au cœur du débat, car elles sont la marque du système politique, du régime de la V° République. Tout candidat voulant combattre ce cadre politique et ce régime aurait donc dû charger M. Fillon sur sa mise en examen. L’omerta fut respectée par tous.

A deux petits détails près, qui montrent bien sûr d’où aurait dû venir l’attaque démocratique. Ce fut J.L. Mélenchon persiflant les « pudeurs de gazelle » des animateurs de l’émission à propos des accusations de corruption, et rappelant que lui n’est pas concerné, que seuls, selon lui, M. Fillon et Mme Le Pen le sont. Mais c’est tout : il s’agissait pour lui d’apparaître au dessus de la mêlée, pas de poser la question politique centrale des « affaires » qui domine cette campagne. Et ce fut B. Hamon, de façon fugitive et timide, qui esquissa un instant une mise en cause de la propension de M. Fillon à l’enrichissement, mais sans insister.

Ces deux instants éphémères ne font donc que souligner un peu plus le respect commun du cadre politique de l’émission, c’est-à-dire du cadre politique de la V° République, chacun acceptant de répondre aux thématiques classées par les professionnels, non de l’information, mais de la mise en scène politique, qui dirigeaient le débat en expliquant ce que « lui, président », concéderait, octroierait, accorderait aux « Français » s’il venait à être élu. Cette protection commune apportée à la V° République bénéficia avant tout à Mme Le Pen, parfaitement intégrée et banalisée parmi ces messieurs, et à M. Fillon, le sauvé des eaux de la soirée, à même de faire la morale aux « Français, et plus particulièrement aux travailleurs et aux fonctionnaires, sur leur tempérament dispendieux », voulant qu’ils se serrent la ceinture pendant que lui-même et sa classe se gobergent, encaissant profits et fonds publics.

Fillon était d’autant plus sauvé des eaux que celui qui se présentait comme la victime potentielle d’ « affaires » montées contre lui, tout au long de la soirée, fut M. Macron, se lançant dans de pathétiques séances d’auto-justification en tant que « banquier », même, voire surtout, quand personne ne lui avait rien demandé, comme s’il avait quelque chose à se reprocher …

En tant que rhétoricien, J.L. Mélenchon fut sans doute le « vainqueur » de la soirée, bénéficiant de la médiocrité moyenne et du cadre étriqué dans lequel une once d’humour et quelques grognements suffisent à jouer les subversifs.

Le fait qu’il ait commencé l’émission en se présentant comme « le dernier » président de la V° République s’il était élu ne change rien aux respect et protection qu’il apporte présentement à ce régime. Il convoquerait une « constituante » après avoir commencé à exercer les pleins pouvoirs présidentiels, une « constituante » encadrée et corsetée par lui-même (et par le Conseil constitutionnel) et par le gadget antidémocratique du tirage au sort : le contraire d’une constituante véritable qui n’est possible que par la mobilisation populaire et l’action indépendante du monde du travail.

Mais il faut souligner qu’il termina l’émission par la seule innovation portant sur le contenu des programmes, et pas une petite innovation : reprenant son programme qui annonce la sortie de la France de l’OTAN tout en maintenant le nucléaire militaire offensif et la Françafrique, il compléta en direct celui-ci par la proposition d’une grande conférence européenne pour « la paix » dans laquelle la Russie serait invitée à présenter ses revendications en matière de révision des frontières, expliquant que la fin de l’URSS l’avait lésée et qu’on ne va quand même pas s’embêter à défendre des Baltes (vous y pensez ? des Baltes ! …). En somme, M. Mélenchon propose à Poutine le dépeçage de l’Europe orientale, dépassant soudain les propos de Trump en campagne. Et M. Fillon d’approuver tout de suite cette brillante novation …

Depuis, M. Mélenchon a renchéri par un tweet affirmant que Pologne et Hongrie ont elles aussi de bonnes raisons de vouloir des morceaux d’Ukraine. Décidément, l’Ukraine lui pose un problème. Comme il n’a strictement aucun intérêt électoral à débiter de telles provocations, et comme il n’est pas un imbécile, on doit maintenant s’interroger sérieusement sur les intérêts qui le conduisent à de tels propos, qui constituent une étape de franchie dont on ne peut pas, désormais, ne pas tenir compte.

Depuis ce lundi, la situation n’est pas allée vers la stabilité. Fillon voit les informations financières, toujours plus énormes les unes que les autres, s’accumuler sur son nom, et le Canard affirme qu’il se fait payer plusieurs dizaines de milliers d’euros pour mettre un affairiste libanais en contact avec Poutine … Réciproquement, Bruno Le Roux, ministre de l’Intérieur, fut promptement liquidé comme ministre par la divulgation de pratiques familiales présentant quelques ressemblances, mais à un degré moindre, avec celles de Fillon. Comme quoi Macron a raison, de son point de vue à lui, de s’inquiéter : les dénicheurs d’ « affaires » sont en action, de part et d’autre. Ainsi va le pourrissement du régime par les sommets, les tenants des deux options – LR rénové ou le pseudo Big Bang de Macron- disposés à se fusiller les uns les autres.

La prompte démission de Le Roux a été à l’évidence décidée à l’Élysée pour pouvoir continuer à pilonner Fillon, que la direction du PS, mercredi 22, a appelé à démissionner – oubliant surtout Macron qui n’est pas un adversaire politique pour elle … Simultanément sont organisés, prévus de longue date, les ralliements publics à Macron de membres du gouvernement (Pompili, Le Drian, etc ..). Un objectif politique central pour l’Élysée : liquider la candidature Hamon, issue du vote à la primaire pour battre la droite et abroger la loi El Khomri.

Cet objectif apparaît comme partagé par la « France insoumise », le parti du président Mélenchon qui veut grouper « le peuple » et toutes les classes sociales contre « l’oligarchie ». A chaque ralliement d’un ministre, élu ou éléphant « socialiste » à Macron, des « insoumis » se réjouissent bruyamment. Les sondages mettent depuis peu Hamon derrière Mélenchon : les « insoumis » semblent ne pas voir que c’est l’opération Macron qui monte. Une opération qui vise à le faire élire par le moyen – risqué …- d’un second tour Macron/Le Pen.

Mais en bas, une rumeur avance et proteste, celle qui veut battre Macron, Fillon et Le Pen et qui est à même, comme elle l’a déjà fait, de disloquer ce fragile dispositif de défense et sauvetage du régime de la V° République.

23-03-2017.

A propos aplutsoc

Arguments Pour la Lutte Sociale - Ce bulletin, ou circulaire, est rédigé par des militants pour qui le siècle commencé est gravement menacé par le capital, et pour qui la révolution prolétarienne, prise en main de leur destinée collective par les exploités et les opprimés eux-mêmes, est plus que jamais à l’ordre du jour. Il a pour but de fournir des arguments, des éléments politiques, des propositions d’action et matière à débat à toutes celles et tous ceux qui veulent ouvrir, en France et au niveau international, une issue politique aux luttes sociales qui ne cessent pas.
Cet article a été publié dans France. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.