Nous avons, par une note, attiré dans notre billet du 30 octobre l’attention de nos lecteurs sur l’agression menée par des « identitaires d’extrême-gauche », des « racialistes », des disciples du PIR, contre une réunion-débat dans un local associatif / libertaire à Marseille, appelant à leur « chier dessus » en tant que représentants de la « République laïque » (alors qu’il s’agissait surtout d’anarchistes !!).

Nous considérons que ceci n’est pas une petite affaire qui ne devrait intéresser qu’un microcosme. Pour la première fois, en France, depuis bien longtemps, une bande équipée et organisée a saccagé un local du mouvement ouvrier, hébergeant les réunions de RESF et de nombreuses actions de solidarité avec les migrants, et agressé les participants à un débat. Cette bande n’était ni du FN, ni de l’extrême-droite officielle, ni de la police. Mais elle était formée par des partisans des théories anti-laïques de la fausse gauche identitaire.

Les métaphores et les gestes scatologiques de cette engeance s’inscrivent dans une sinistre tradition : celle qui va des fascii de Mussolini qui soumettaient les militants ouvriers au supplice de l’huile de ricin, jusqu’aux quenelles nazies des dieudonnistes.

Des secteurs entiers du NPA et d’Ensemble en particulier, ou issus de la décomposition de ces organisations, et plus largement des franges « de gauche de gauche », ont fait des « laïcards » qu’ils amalgament au FN leurs ennemis principaux, et couvé les nervis dignes des SA qui ont agressé cette réunion-débat.

Depuis des mois, quand on s’interroge sur le livre de H. Boutedja et autres, sur la gestation possible d’un courant fasciste, on rencontre les imprécations indignées des catho-gauchistes pour qui les femmes voilées sont leurs petites sœurs pauvres qui doivent le rester, assignées comme opprimées, femmes et religieuses parce que telle serait soi-disant leur parole autonome, qu’il faut préserver en faisant taire qui pense autrement. Maintenant, on commence à voir quelle bête immonde ces camarades couvent de leur protection et couvrent de leur phraséologie à la sauce des « gender studies ».

Voici, en lien, pour que chacun s’informe :

1°) le texte qui a été décrété comme interdit de lecture et de discussion par les tenants de la PIR-idéologie :

https://www.non-fides.fr/IMG/pdf/jusquici_tout_va_bien.pdf

2°) le « tract » des agresseurs, qu’on pourrait dénommer les « chieurs identitaires » faute d’un terme plus approprié :

http://www.millebabords.org/IMG/pdf/piece_jointe_1.pdf

3°) le récit édifiant des événements par un militant anarchiste :

https://lechatnoiremeutier.noblogs.org/post/2016/11/04/publication-la-race-a-coup-de-poing-americain/

Nous le disons solennellement : cette affaire regarde tous les militants ouvriers. Envers elle, il y a un avant et un après. Quiconque maintenant vient prêcher la bonne parole anti-laïque et inventer les « racisés » de son choix devra, avec nous, prendre position d’abord là-dessus.