L’aviation française a bombardé, dit-elle, des bases de Daesh à Rakka, en Syrie.
Rappelons que cette intervention a été soutenue, sans vote, à l’Assemblée nationale, par le PS, par « Les Républicains », par le PCF (il faut « bâtir une grande coalition contre Daesh sous mandat de l’ONU » – François Assensi), par le Front National (il faut « une intervention militaire au sol » – communiqué de ses 2 députés).

Résumons la politique française :

  • 1°) Armer l’Arabie saoudite et le Qatar (avions Rafale pour eux, porte-hélicoptères invendus refilés à l’Égypte et payés par l’Arabie saoudite) et soutenir la « lutte antiterroriste » d’Erdogan en Turquie, qui tous financent, encadrent, arment Daesh ou l’ont financé, encadré, armé.
  • 2°) Participer au blocus contre l’insurrection syrienne et la résistance syrienne qui se maintient en dépit de tout à Alep et dans des dizaines de villes tout en distillant des propos indignés hypocrites sur Bachar el Assad, l’ancien ami de Chirac et Sarkozy.
  • 3°) Se livrer à des gesticulations pour montrer que l’impérialisme français existe encore au moment où impérialismes nord-américain et russe tentent de s’entendre entre eux et avec Bachar contre tous les peuples de la région.
  • 4°) Par conséquent bombarder des villes, en affirmant avoir bombardé Daesh, ce qui reste à prouver ; ce faisant, multiplier les victimes civiles, déjà officiellement plus importantes que les victimes « combattantes » dans les bombardements « anti-Daesh » des uns et des autres.
  • 5°) Faire barrage à l’accueil des réfugiés.

Peut-on imaginer pire ? Honte à l’impérialisme français.