Introduction

CSP-Conlutas est l’une des principales confédérations syndicales du Brésil. Il s’agit d’une fédération ouvrière et populaire qui regroupe 25 organisations représentant environ 3 millions de travailleurs et de travailleuses des secteurs de l’industrie (automobile, métallurgie, chimie, imprimerie, textile, pétrole, mines), de la construction, des transports, de l’assainissement, de la poste, de l’éducation et de la santé, de la fonction publique, des banques, etc.

Déclaration

Alors que l’Ukraine est confrontée à une invasion sanglante de l’armée russe, le gouvernement brésilien recevra ce lundi (17), sans aucune gêne, les autorités du gouvernement de Poutine à Brasilia.

Le CSP-Conlutas du Brésil se joint à d’autres organisations et à la communauté ukrainienne du Brésil pour lancer une initiative, à São Paulo, contre la réception par le gouvernement brésilien du ministre russe des affaires étrangères, Sergei Lavrov, et d’autres représentants du Kremlin. Une action est également prévue à Brasilia, devant le palais Itamaraty (palais de la présidence de la République, ndt).

Vous trouverez ci-dessous le manifeste du Réseau syndical international de solidarité et de lutte, qui rejette la visite :

Lavrov est un fonctionnaire du régime réactionnaire. Il a le sang des Syriens, des Kurdes, des Ukrainiens, des Daghestanais, des Géorgiens et d’autres peuples sur les mains.

M. Lavrov représente les intérêts des multinationales russes telles que Gazprom et RosNeft – des géants des combustibles fossiles et des monopoles qui ont fondé le régime et ses atrocités.

Chaque jour, le peuple ukrainien meurt sous les roquettes et les grenades russes, et la classe ouvrière ukrainienne résiste aux envahisseurs les armes à la main (il existe une volonté populaire de résister parmi les masses ukrainiennes).

Dans le même temps, les autorités ukrainiennes, dirigées par Volodymyr Zelensky, utilisent la guerre et la loi martiale pour introduire de nouvelles réformes anti-ouvrières et antisociales.

Les autorités ukrainiennes invitent les entreprises internationales à investir en Ukraine et leur promettent d’énormes profits (comme ce fut le cas lors de la visite du président Zelensky à Varsovie, en Pologne, le 5 avril). Ce sont ces politiques qui transforment le peuple ukrainien en main-d’œuvre bon marché, la terre ukrainienne en marchandise et les infrastructures en une vaste zone économique spéciale.

Lula rencontre Lavrov, Duda, Biden et d’autres rencontrent Zelensky, mais notre solidarité va à la classe ouvrière ukrainienne dans sa lutte contre les envahisseurs impérialistes et les réformes néolibérales dans le pays.

Nous déclarons notre entière solidarité avec les syndicats et les mouvements sociaux ukrainiens dans leur lutte pour une Ukraine indépendante et juste. Cette solidarité s’est déjà exprimée par deux convois d’aide aux travailleurs et aux travailleuses ukrainien·nes organisés par l’ILNSS [Réseau syndical international de solidarité et de lutte – en français] en 2022. En 2023, à l’occasion de l’anniversaire de l’agression impérialiste russe contre l’Ukraine, nous avons également organisé des réunions avec des militants de la classe ouvrière ukrainienne à travers l’Europe.

À bas l’impérialisme et le bellicisme !
Vive la solidarité de la classe ouvrière !

Le 17-04-2023.

Source :

Repris du site Entre les lignes entre les mots

Communiqué originel en portugais