La Cour suprême britannique, se fondant sur le Bill of Rights de 1688, vient en réalité de légaliser le fait que la chambre des communes se réunisse malgré une interdiction du premier ministre qu’avait avalisée la reine.

De l’autre côté de l’Atlantique, il est maintenant public que Trump a tenté de faire chanter le président ukrainien Zelensky sur les ventes d’armes en échange d’une inculpation du fils de Joe Biden, jusque là « favori » démocrate. C’est là une tentative avérée de manipulation de la présidentielle de 2020 (qui s’appuie en outre, probablement, sur les liens et dossiers des accointances de Manafort, coach de la campagne Trump de 2016, du côté de Poutine et de Ianouchkovitch).

Du coup, la protection accordée jusque là à Trump contre tout impeachment par Nancy Pelosi, présidente démocrate de la Chambre des représentants, est fragilisée voire totalement mise en cause. Joe Biden est naturellement fragilisé aussi.

Ajout de 21h00 : la crise s’accélère, Nancy Pelosi est coincée, elle évoque l’impeachment !

Les deux crises anglo-saxonnes vibrent l’une avec l’autre à présent, telle une onde de choc atmosphérique.

Dehors Trump ! Dehors Johnson !

Et bien entendu, Macron ne sortira pas indemne de cette nouvelle étape de la crise politique globale … si s’impose la volonté démocratique de ne pas attendre benoîtement 2022 !

2019-09-24.