Libération de tous les prisonniers politiques en Russie !

Dans le cadre de la préparation du règlement diplomatique offert par E. Macron, qui revient à entériner l’annexion de la Crimée et à perpétuer sans le dire la présence de forces russes au Donbass, Poutine, en difficulté sur le front social et politique intérieur, a promis un « geste ». Pour le moins il s’agit d’un échange de prisonniers avec l’Ukraine, 33 contre 33, comprenant les marins kidnappés dans le détroit de Kertch au printemps dernier et plusieurs prisonniers politiques dont Alexandre Koltchenko, militant anarchiste, syndicaliste et écologiste de Crimée pour lequel les animateurs d’Arguments pour la Lutte Sociale, directement ou dans le cadre de leurs organisations syndicales, ont impulsé des combats depuis son arrestation.

Jusqu’à il y a quelques heures le nom du principal co-accusé (dans le cadre d’un procès truqué) avec A. Koltchenko, le cinéaste Oleg Sentsov, n’apparaissait pas. Mais les informations se pressent aujourd’hui allant dans le sens de sa libération. Il n’est plus dans le grand Nord mais à Moscou. Il serait échangé contre le responsable de RIA-Novosti en Ukraine, un dénommé – cela ne s’invente pas ! – Vyshinsky (1).

Prudence toutefois, à cette heure (29 août 20h 50 heure française), Vyshinsky est libre mais ni Sentsov, ni les 33 ukrainiens ne le sont.

Si ces faits se confirment, nous reviendrons sur le bilan politique d’un combat indispensable, internationaliste au vrai sens du mot, à l’impulsion duquel nous avons contribué, qui a pesé, mais qui s’est heurté aux obstacles d’un mouvement ouvrier et syndical souvent prisonnier de représentations erronées sur la réalité mondiale, ou tout simplement de son ignorance.

Une chose est sûre : ceci ne peut qu’être un encouragement à poursuivre ou reprendre l’action pour la libération de TOUTES ET TOUS les prisonniers  politiques de Poutine, parmi lesquels figurent encore des dizaines d’Ukrainiens et de Tatars de Crimée.

(1) Le sordide procureur des procès de Moscou au compte de Staline, qui criait sur les accusés torturés, après avoir été ministre d’un gouvernement blanc pendant la guerre civile et qui sera ensuite ministre des Affaires étrangères d’URSS, s’appelait lui aussi Vychinski.

Cet article a été publié dans Libertés démocratiques, Répression, Russie, Ukraine. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.