La défense de la démocratie exige l’unité pour chasser Macron

Spectaculaire affaire Benalla-Macron, aussi caricaturale qu’on aurait pu l’imaginer. Un très proche du président de la V° République, envoyé faire le nervis contre des manifestants et des citoyens, une immense zone d’ombre autour de lui, au dessus de lui.

Pourquoi maintenant ? Pour les mêmes causes profondes qui font que la victoire à la coupe du monde de foot ne lui a pas procuré de « répit » dans « l’opinion ».

En un an, Macron a fait baisser le niveau réel des salaires, retraites et aides sociales, plongé des centaines de milliers de jeunes et leurs familles dans le désarroi de Parcoursup, affaibli les services publics, asphyxié les hôpitaux publics et les communes, augmenter dramatiquement le nombre de réfugiés noyés en Méditerranée …

Mais en un an, Macron n’a pas réussi à battre en profondeur le salariat, actifs, jeunes, chômeurs, retraités. En profondeur, et toujours plus quand on va vers les couches les plus pauvres et les plus exploitées, c’est le refus, c’est la colère, c’est la conscience que toute lutte partielle, non seulement toute grève, mais toute protestation, tout murmure, tout regroupement, est un début d’affrontement avec le système politique en place.

En un an, Macron n’a par conséquent pas réussi à ancrer solidement dans le pays un « parti du président » ayant une assise réelle. Sa Société du 10 décembre (la bande de prévaricateurs et de malfrats qui entourait le modèle de tous les petits Bonaparte français que fut Napoléon III ! ) a été construite à la façon d’une start-up, et il en était fier.

Elle vient de lui exploser à la figure. Première conséquence : le pseudo débat parlementaire sur la révision constitutionnelle est suspendu. Comme « Jupiter » n’est plus, et ne sera plus, la refondation de la V° République, cœur de son « projet », prend un coup dans l’aile. Il s’agit donc de la crise du régime.

Et alors que « Jupiter » n’est plus, « Manu » doit maintenant casser les retraites et la Sécurité sociale. La mère de toutes les batailles sociales n’a pas eu lieu, elle arrive, dans le cadre de la réouverture en grand de la crise du régime !

Les salariés qui veulent se défendre et les militants ouvriers doivent intervenir de manière indépendante dans cette crise au sommet qui affecte cet État qui n’est pas le leur, et qui a pour forme la V° République que Macron devait sauver et relancer.

Nul doute qu’ils ne resteront pas passifs. Sans intervention d’en bas, que serait l’issue de la crise ?

Sans intervention d’en bas, soit la crise se traîne jusqu’aux prochaines échéances électorales nationales, les Européennes de 2019, et, sur fond d’abstention massive, une décomposition généralisée à l’italienne prévaut, qui ne serait porteuse d’aucune issue pour la majorité.

Soit la crise au sommet s’accélère et les vieilles forces de la V° République, LR flanqué du RN et de divers groupes dits « souverainistes », tentent de rafler la mise.

Il n’y aura pas de recomposition d’une force démocratique représentant le salariat sans intervention d’en bas, et l’intervention d’en bas appelle la bataille et le débat politiques pour réaliser l’unité pour chasser Macron et renverser le régime capitaliste de la V° République.

L’intérêt des exploité(e)s et des opprimé(e)s est un dénouement rapide causé par leur intervention. C’est là une possibilité réelle dont il faut assurer la victoire.

L’unité c’est la grève tous ensemble pour battre le pouvoir exécutif du capital. Tel est le contenu politique des luttes partielles actuelles, tel est le mobile politique de la grève générale. Pour la lutte sociale et syndicale, pour l’unité, pour les échéances électorales, c’est cette discussion là et nulle autre qui prévaut.

Voila pourquoi le blog Arguments Pour la Lutte Sociale, avec d’autres partenaires, après deux premières rencontres ce printemps, invite le plus largement possible à une rencontre-débat sur une journée le samedi 29 septembre 2018 au local Le Maltais rouge, 40 rue de Malte Paris 11°.

Sans douter qu’à cette date la situation politique et sociale se sera avancée vers la recherche d’un dénouement, nous proposons une discussion en trois temps :

  • Comment construire la grève générale et l’unité pour chasser Macron ?

  • Quelle perspective démocratique défendre au niveau national et européen, contre la V° République, et contre les institutions dites européennes aussi bien que les politiques de Brexit et autres « axes » à la Salvini ?

  • Pour les participants le souhaitant, quelles initiatives et mesures d’organisation prendre en commun ?

22-07-2018.

A propos aplutsoc

Arguments Pour la Lutte Sociale - Ce bulletin, ou circulaire, est rédigé par des militants pour qui le siècle commencé est gravement menacé par le capital, et pour qui la révolution prolétarienne, prise en main de leur destinée collective par les exploités et les opprimés eux-mêmes, est plus que jamais à l’ordre du jour. Il a pour but de fournir des arguments, des éléments politiques, des propositions d’action et matière à débat à toutes celles et tous ceux qui veulent ouvrir, en France et au niveau international, une issue politique aux luttes sociales qui ne cessent pas.
Cet article a été publié dans Editorial, France. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.