810 000 lycéens inscrits. 100 000 réponses positives. 400 000 « oui si » ou « en attente ». 310 000 non-réponses.

Carnage, oui. Fiasco ? Non : c’est la violence de M. Macron, en acte.

Alors oui il est justifié de manifester dans l’unité contre Macron, le samedi 26 et au delà. Mais la question se pose : il faut le stopper, il faut donc le chasser, pas en 2022, pas aux élections européennes, car d’ici là la situation sera pire.

Cette question est politique. Elle demande un débat allant s’élargissant pour une alternative politique.

Le blog APLS invite ses lecteurs à venir en débattre le samedi 2 juin à 14h salle du Maltais rouge, 40 rue de Malte Paris.