Pablo Iglesias a-t-il envoyé des hologrammes (1) dans les fourgons de la Guardia civil à Barcelone et à Cadix pour exclure ce jour Podem (branche catalane de Podemos ) et le courant Anticapitalistas de Podemos ? Et sera -t-il fait chevalier de l’ordre de Calatrava par SM Felipe en récompense de la manière dont il met en œuvre l’article 155 de la constitution ?

Ainsi donc la cause de l’unité du royaume d’Espagne est supérieure à l’unité de Podemos. En purgeant ses composantes catalane mais aussi andalouse, Iglesias « construit un peuple » même pas espagnol … mais seulement castillan. Comme la monarchie

 

1)  Note pour nos lecteurs hors de France :

Cette référence à la technique des hologrammes est une allusion à l’usage de celle-ci par Mélenchon durant sa campagne électorale pour tenir simultanément plusieurs meetings à travers le pays.

2) On nous précise :

Formellement c’est un peu plus compliqué : Iglesias n’a pas « exclu » Podem ni Anticapitalistas. Les statuts de Podemos ne le permettent mais certes Iglesias a démontré à maintes reprises sa capacité à s’en affranchir !

Il court-circuite Podem en procédant à une consultation directe de ses adhérents sur l’alliance qu’il préconise, pour les élections de décembre, avec le parti d’Ada Colau, Catalunya en Comú, et donc en excluant toute recherche d’entente avec les indépendantistes notamment de la CUP. C’est le contraire de ce que recherche Podem. Iglesias vise plus particulièrement Anticapitalistas au niveau national pour avoir pris acte de la proclamation de la République catalane et pour son communiqué dénonçant la monarchie. Toutefois en Andalousie les deux « grand »s dirigeants de Podemos Andalousie que sont les Anticapitalistas Teresa Rodríguez (secrétaire générale) et Kichi (maire de Cadix) se sont désolidarisés de leurs camarades de Anticapitalistas en rejetant tout soutien à l’indépendance catalane et en s’alignant sur Iglesias …

A grande échelle cette « recomposition » est perçue comme une mise au pas, et c’est bien ce qu’elle est !