« On ne suspend pas l’autonomie catalane » … mais on suspend tous ceux qui ont été mandatés pour l’exercer ! Et on les remplace par des organismes spéciaux ad hoc.

C’est bien un coup d’État qu’opère Rajoy. Le faux équilibre du pacte de 1978 est rompu : il ne peut que basculer dans le sens de la démocratie et des républiques ou dans le sens de la dictature et de la monarchie. Le sens de la dictature est celui de Rajoy, et ceci donne le contenu d’éventuelles élections imposées à la Catalogne : elles ne seraient ni des élections libres, ni des élections garanties transparentes.

Si Rajoy a pu se permettre cela, c’est en raison du soutien du PSOE – Sanchez élu par une poussée à gauche vient ainsi de se faire hara-kiri sur l’autel de la monarchie – et du refus de Podemos et des autres forces de gauche, au delà de déclamations consternées, de défendre l’auto-détermination, parce que tous sont associés au maintien du régime.

Tous les citoyens d’Espagne doivent comprendre que laisser enchaîner la Catalogne conduira à l’écrasement de leurs libertés. Le tout – chaînes en Catalogne, écrasement en Espagne- sous les applaudissements de la prétendue Union dite Européenne. Mais tout ne fait que commencer …

21-10-2017.