Jungle de Calais : l’incroyable hypocrisie.

Le « démantèlement » de la « jungle de Calais » est une opération d’une hypocrisie invraisemblable. Combien de gens croient que les migrants bloqués à Calais veulent venir en France, alors que la réalité est qu’on les empêche d’en partir ?

Misère et guerres produisent des flux inévitables. Ni les tentatives policières d’empêcher les gens de passer, ni la liberté intégrale de circulation, ne sont la solution, et les deux en réalité se combinent, la « liberté de circulation », et de trafic des êtres humains, se donnant libre cours dans la clandestinité. Ceux qui dénoncent les barbelés et le racisme ont raison, ceux qui dénoncent l’ultra-libéralisme utilisant les flux de main-d’œuvre pour faire baisser les salaires ont également raison.

La solution ? Dénonçons les deux et agissons pour des gouvernements et des régimes démocratiques. Des gouvernements démocratiques accorderaient l’asile à toutes celles et tous ceux qui fuient et combattent la tyrannie et l’oppression religieuse ou sexuelle et planifieraient et organiseraient l’accueil des migrants et des réfugiés.

Les forces vives dans les sociétés européennes ne manquent pas pour cela, comme le prouvent les multiples initiatives solidaires, privées, associatives, municipales, pour l’accueil et la défense des migrants.

L’affaire dite de la « jungle de Calais » est le test imparable de ce que la France n’a eu aucun gouvernement démocratique ces dernières années !

Acte 1 : un accord avec le Royaume-Uni pour faire sa police des frontières.

Acte 2 : on laisse se former un immense bidonville où interviennent mafias, proxénètes et polices politiques.

Acte 3 : on laisse se développer des accès racistes à l’encontre des personnes qui s’y retrouvent piégées.

Acte 4 : on joue des biceps en organisant une évacuation ambiguë, à la limite entre opération sanitaire/humanitaire et nassage policier géant, le tout en laissant l’extrême-droite monter des provocations successives, du type qu’elle était incapable de mener bien avant l’instauration de l’état d’urgence (elle avait ainsi échoué à Varennes sur Allier en novembre 2015).

Mais devant chacune de ces provocations, les contre-manifestants et les citoyens affirmant vouloir accueillir, et fraterniser sont à chaque fois les plus nombreux, comme encore ce samedi 29 à Digoin (Saône-et-Loire) où le FN a réuni une cinquantaine de personnes, la préfecture ayant dûment autorisé un rassemblement explicitement dirigé contre des personnes, les migrants, et la contre-manifestation en rassemblant 300.

Il n’y a pas de vague raciste de masse en France, mais une série de provocations permises par la politique d’un gouvernement à la dérive qui a voulu aggraver tous les aspects anti-démocratiques du régime de la V° République, tentant d’utiliser les inquiétudes légitimes des gens sur la situation sociale, et n’y parvenant pas ou fort peu. De même qu’après les massacres islamistes à Paris et Nice, la majorité de la population a réagi de manière laïque et hostile au racisme, devant l’installation de groupes migrants déplacés de la « jungle de Calais » vers diverses localités sur tout le territoire, elle réagit majoritairement en choisissant l’accueil dans la plus totale indépendance envers le gouvernement.

Quelle force politique misera sur ces vraies tendances de fond ?

en tout cas, pas les professionnels de l’ « anti-islamophobie » qui viennent de se distinguer par l’agression physique, le 30 octobre, d’un local associatif marseillais à tonalité alternative, libertaire, « Mille bâbords » -vitrine cassée, bibliothèque saccagée, personnes frappées-, parce qu’y était organisée une réunion-débat contre « les racialisateurs », à savoir les idéologues de la race à l’extrême-gauche, sur la base d’un texte attaquant l’opuscule antisémite de Mme Bouteldja, dirigeante des « Indigènes de la République ». Nous avions déjà attiré l’attention sur le choix de ces secteurs politiques de dénoncer comme ennemi principal le « racisme républicain » lors d’une réunion publique le 21 septembre dernier. Ils attaquent cette fois-ci physiquement un secteur du mouvement ouvrier qui les dénonce durement avec des arguments. C’est bien là tout un programme.

Voir le communiqué de Mille Babords

Billet du 30 octobre 2016

A propos aplutsoc

Arguments Pour la Lutte Sociale - Ce bulletin, ou circulaire, est rédigé par des militants pour qui le siècle commencé est gravement menacé par le capital, et pour qui la révolution prolétarienne, prise en main de leur destinée collective par les exploités et les opprimés eux-mêmes, est plus que jamais à l’ordre du jour. Il a pour but de fournir des arguments, des éléments politiques, des propositions d’action et matière à débat à toutes celles et tous ceux qui veulent ouvrir, en France et au niveau international, une issue politique aux luttes sociales qui ne cessent pas.
Cet article a été publié dans France. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Jungle de Calais : l’incroyable hypocrisie.

  1. Ping : Prenons date ! | Arguments pour la lutte sociale

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.