LE PAYS RÉEL.

Le « pays réel » est une expression que nous n’aimons pas, car c’est la réaction qui souvent l’a employée.

Il n’empêche. Nous sommes en droit et en mesure de dire que le « pays réel », celui qui n’a pas de représentation politique, celui qui travaille ou cherche à pouvoir vivre, celui qui lutte et qui prend des coups, est dans les mêmes dispositions hostiles qu’il y a un an, voire pire, envers un pouvoir qui le maltraite.

Les grèves sauvages se poursuivent à la SNCF : elles sont totalement justifiées. De la part des cheminots, le tournant se confirme : ils ne veulent plus marcher au sifflet, ils veulent contrôler leur mouvement de bout en bout, parce qu’ils savent qu’il n’y aura plus de retour si Macron et sa bande restent.

Les gens de Rouen enfumés par Lubrizol ont accueilli Macron d’une manière qui a dû lui rappeler le Puy-en-Velay un certain soir de décembre 2018.

Et voici des Gilets jaunes du Gâtinais. Grève générale le 5 décembre disent-ils.

Grève générale, Dehors Macron, le pays réel l’a ressenti, le pays réel se remet à le penser, le pays réel se met à le dire, le pays réel peut le faire.

 

 

Cet article a été publié dans France, Gilets jaunes, Grève générale. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.