La capitaine Carola Rackete a forcé un barrage de la douane italienne pour sauver des dizaines de migrants que Matteo Salvini, le vrai chef de l’exécutif italien, voulait renvoyer soit à la noyade, soit aux bandes esclavagistes libyennes.

Elle est à présent emprisonnée, de même que la capitaine Pia Klemp est jugée pour avoir, elle aussi, sauvé des migrants.

Les nationaux-populistes italiens partent en campagne contre ces femmes, «teutones» à la solde de «Soros» comme l’écrit le «philosophe» Fusaro, penseur du pouvoir italien.

Nos Macron et Castaner ne disent rien, participant à la même politique qui pousse aux noyades et pactise avec les esclavagistes tout en criminalisant les Carola et les Pia.

Elles ont raison, elles sont des nôtres, leurs méthodes sont celles qui s’imposent, pour la vie des humains il faut et il faudra affronter directement les dirigeants européens, les Salvini, les Macron and co.

Au fait, où sont les grands dirigeants, de gauche ou «insoumis», en France sur ce sujet ? S’ils avaient encore une légitimité historique, n’appelleraient-ils pas à manifester à l’ambassade d’Italie, mais aussi au ministère de l’Intérieur et à l’Élysée, pour imposer la libération et la relaxe immédiates de ces femmes, de ces capitaines qui nous montrent la voie et qui, d’ores et déjà, sont devenues les symboles de l’humanité combattante ?

Il nous faut, sur ce sujet comme sur les autres, une force organisée qui ose appeler à agir ensemble. C’est aussi pour cela qu’il faut maintenant se rencontrer et se fédérer.

01-07-2019.