NICARAGUA

Un an après la répression de la marche du 30 mai

HALTE A LA RÉPRESSION

LIBÉRATION DE TOUS LES PRISONNIERS POLITIQUES

Le 30 mai 2018, jour de la Fête des mères au Nicaragua, une grande marche regroupant quelque 500 000 personnes a été organisée dans les rues de la capitale, Managua, en soutien aux mères des victimes des violentes répressions et de la vague d’assassinats orchestrées par le régime Ortega-Murillo au cours du mois d’avril 2018, lesquelles avaient entraîné la mort de dizaines de personnes et fait des centaines de blessés.

Cette manifestation pacifique du 30 mai fut elle aussi réprimée dans le sang par la police et les paramilitaires du gouvernement, qui ont attaqué le cortège des manifestants avec des armes automatiques, fusils d’assaut et de précision habituellement utilisés par les snipers. Ces attaques du 30 mai ont causé la mort de 8 personnes à Managua et de 8 autres dans le reste du pays. Les blessures occasionnées, essentiellement au niveau du thorax et de la tête, démontrent que le régime avait bien la volonté d’assassiner des manifestants.

Le régime Ortega-Murillo a définitivement rejoint la dictature Somoza dans l’horreur et dans l’ignominie.

Ce 30 mai 2019, un an après les tragiques événements de la Fête des mères à Managua et le début du mouvement populaire,nous voulons rendre hommage aux victimes de la tyrannie et exiger avec le peuple nicaraguayen la justice pour les victimes,qui passe par la condamnation, après procès, des coupables de ces crimes contre l’humanité, la libération de tous les prisonniers politiques et le retour de la démocratie.

Rassemblement

jeudi 30 mai,18 heures, à Paris

PLACE EDMOND MICHELET