LE RÉGIME PEUT S’EFFONDRER SI ON LE FAIT CHOIR – Editorial du 04-12-2018

Le premier ministre de Macron a annoncé un « moratoire » sur les taxes sur les carburants et les hausses prévues du gaz et de l’électricité.

L’exécutif « monarchique » et « jupitérien » doit pour la première fois opérer un recul national en l’avouant. Là est la portée réelle de ces annonces.

S’ils ont du le faire, c’est parce que le mouvement est engagé :

  • le mouvement est engagé vers la déferlante des lycéens, de la jeunesse, dans tout le pays : A bas Parcoursup, Dehors Macron !
  • le mouvement est engagé sur la majorité des barrages vers le « blocage total » lundi 10 décembre, c’est-à-dire vers la mise du pays en GRÉVE GENERALE.

Qu’est-ce qui peut encore permettre à ce pouvoir exécutif de biaiser tout en frappant, en assassinant même comme à Marseille, en matraquant la jeunesse ?

Deux choses et deux choses seulement :

  • le refus des directions syndicales nationales d’entrer dans la danse de la seule manière possible : l’appel à la grève ! (l’appel de la direction de la CGT « d’ores et déjà » à une « journée interprofessionnelle » le … 14 décembre, n’a d’autre signification).
  • le consensus des représentants politiques issus de la gauche et du mouvement ouvrier à tout préconiser, sauf le départ de Macron – à l’exception, il faut le dire, de François Ruffin.

Dire, maintenant, qu’il faut se mettre en grève, et créer les conditions pour le faire, c’est au contraire aider la jeunesse, aider les prolétaires et les pauvres soulevés, et c’est la seule manière de rendre certains et durables les tout premiers reculs, et de poursuivre l’élaboration partout des listes de revendications et des cahiers de doléances revenant sur toutes les attaques antisociales sans exceptions !

La grève générale est une question politique. Elle vise à affronter le pouvoir et à le renverser. Qui veut sauver Macron a peur de la grève générale. Qui dit qu’il ne sert à rien de le chasser, ou que c’est dangereux parce qu’on ne sait pas ce qui s’ensuivra, a peur de la grève générale. Qui calomnie le prolétariat en traitant son mouvement de « poujadiste » voire fasciste a peur de la démocratie et de la grève générale. Car c’est en chassant ce pouvoir de cette façon que l’on ouvrira la voie à la démocratie. Tous les protecteurs de ce pouvoir font, eux, le jeu de la réaction.

Militants politiques, expliquez qu’il faut la grève, maintenant !

Militants syndicalistes, prononcez-vous en appelant à la grève, maintenant !

La rédaction, le 04/12/18, 18h.

A propos aplutsoc

Arguments Pour la Lutte Sociale - Ce bulletin, ou circulaire, est rédigé par des militants pour qui le siècle commencé est gravement menacé par le capital, et pour qui la révolution prolétarienne, prise en main de leur destinée collective par les exploités et les opprimés eux-mêmes, est plus que jamais à l’ordre du jour. Il a pour but de fournir des arguments, des éléments politiques, des propositions d’action et matière à débat à toutes celles et tous ceux qui veulent ouvrir, en France et au niveau international, une issue politique aux luttes sociales qui ne cessent pas.
Cet article a été publié dans Editorial, France. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.