Alain Laffont est décédé mercredi 13 juin à l’âge de 70 ans. Seule la mort a mis un terme à son engagement. Mais les combats qu’il a menés lui survivront longtemps, comme la mémoire de 50 ans de lutte. 

Médecin des pauvres, le Docteur Laffont a exercé jusqu’à la fin au cœur du quartier des Vergnes à Clermont-Ferrand. Il connaissait la réalité sociale, il y était confronté chaque jour dans son travail, durant toutes ces années, il a fait de son métier un sacerdoce, ne comptant jamais ses heures, toujours fidèle au poste pour soigner et aider les plus faibles. 

Alain était un militant, comptant souvent sur ses intuitions, un homme sincère et passionné. En mai 68, il rejoint l’UNEF parce qu’il n’aime pas que les fachos foncent dans le tas. Le 11 septembre 1973, le coup d’État de Pinochet contre le peuple chilien donne malheureusement raison aux analyses des trotskystes plutôt qu’à celles des socialistes et des communistes, il dira « c’était les seuls qui avaient prédit ça… », il adhère à la Ligue Communiste Révolutionnaire, et y militera, dirigeant la section clermontoise jusqu’à la dissolution de l’organisation. Internationaliste, il part en Pologne en 1982, officiellement pour y apporter des médicaments, en réalité pour soutenir le mouvement populaire contre la dictature « soviétique ». Conseiller municipal d’opposition de gauche à Clermont-Ferrand de 1995 à sa mort, il y a défendu jusqu’à la fin les exploités et les classes populaires. Il aura également été aux avant-postes des luttes écologiques et sociales, au cœur des masses. Alain était entier, nous nous souviendrons des colères et des engueulades qui témoignaient de ses convictions inébranlables. 

Nous avions naturellement de belles divergences, surtout dans la dernière période où A. Laffont était une figure de la FI. Mais on ne saurait oublier ce qu’exprime le fait que notre camarade regretté Bernard Grangeon, par exemple, qui avait pu avoir avec Alain Laffont d’homériques engueulades, l’a toujours consulté … comme médecin, en sachant très bien qu’un tel toubib n’en restait pas à la surface des gens.

La rédaction d’Arguments Pour la Lutte Sociale tient à saluer la mémoire d’Alain Laffont, et présente toutes ses condoléances à sa famille, ses amis, ses patients, et à la cohorte de ses compagnons de route, de ses camarades, à tous les militants qu’il a formé durant toutes ces années. 

Vincent Présumey et Alexis Mayet,
Pour APLS.