Trump et le nucléaire iranien, réaction à chaud, 08/05/18.

Le « nucléaire iranien » avait servi pendant des années de prétexte à l’encerclement de l’Iran, qui lui-même a d’ailleurs toujours servi au régime iranien pour réprimer les oppositions.

L’ « accord sur le nucléaire iranien » a été signé en 2015 mais le processus conduisant à sa signature date de 2013. Ce processus était directement consécutif de la renonciation d’Obama à toute intervention susceptible de donner le coup de grâce à Bachar el Assad. Dans la plus parfaite hypocrisie internationale, l’impérialisme russe et le confrère iranien, flanqué des milices islamistes shi’îtes du Hezbollah, ont mené à bien l’œuvre de contre-révolution en Syrie.

Maintenant que ce sale boulot est en très grande partie fait, il apparaît que son résultat est un début d’expropriation définitive d’une grande partie de la population syrienne, des réfugiés qui ne pourront pas revenir, avec la tentative (folle) de constitution d’un « peuple homogène » (dixit Bachar) allié à l’Iran.

Israël – qui détient officieusement l’arme nucléaire – s’estime menacé par cette implantation iranienne. Les foucades de Netanyahou n’atténuent pas la menace mais en jouent, avec un cynisme et une irresponsabilité toute trumpienne, la vraie prise de risque en plus. Cela dit la menace est réelle : la bourgeoisie islamiste iranienne pour éviter d’être renversée par le prolétariat iranien, encore aux portes de la grève générale et des émeutes généralisées il y a 4 mois, peut envisager une fuite en avant pour former une zone d’influence durable en Syrie, avec accès à la mer Méditerranée, et, au nom de l' »antisionisme », tenter d’instrumentaliser les peuples arabes et le peuple palestinien opprimé sur un programme antisémite.

D’autre part le régime saoudien est lui-aussi engagé dans une fuite en avant en raison de ses difficultés internes, des conséquences de son invasion du Yémen et du relatif échec de sa tentative de mise au pas du Qatar.

Netanyahou et « MBS » (Mohamad Ben Salmon) poussent donc Trump à passer en mode surchauffe, ce qui n’est pas très difficile. (1)

Bref, le résultat de la contre-révolution maintenant Bachar en Syrie est d’ouvrir la voie à la guerre, dont la même malheureuse Syrie serait le premier champ de bataille. (2)

La pauvre psychologie de débile de Donald Trump est ici une contingence, qui souligne la crise au sommet de l’impérialisme nord-américain. De son point de vue, la vraie menace s’appelle procureur Mueller et c’est cela qui dicte ses faits et gestes, y compris sur ce sujet, mais ceci ne doit pas nous faire perdre de vue les causes profondes de la question.

Il importe en effet, si l’on raisonne sur le fondement réel qu’est la lutte des classes et pas dans les cadres de la soi-disant « géopolitique », de bien comprendre cela : la période de l’accord nucléaire iranien a été celle de l’écrasement physique de la révolution syrienne ; cette période de contre-révolution débouche sur le retour au premier plan du risque de guerre, guerre régionale et guerre inter-impérialiste avec pour cause immédiate les avancées russe et iranienne obtenues au moyen de la contre-révolution.

Plus que jamais, il n’y pas pas de camp étatique « anti-impérialiste » : tous les camps étatiques sont impérialistes. Le camp de la paix, c’est celui de la défense des dernières zones insurgées syriennes, c’est celui des prolétaires iraniens, c’est celui des palestiniens réclamant le droit au retour comme des refuzniks israéliens.

Le 08-05-2018.

(1) Outre Netanyahou et MBS, Voici-venir-l’Emmanuel Macron a lui aussi contribué à paver la voie à l’annonce de Trump en tentant le coup du « nouvel accord à signer » avec l’Iran. L’impérialisme français a retrouvé sa place de bouffon du roi mais ça, ça n’est pas une donnée nouvelle.

(2) Inutile de parler des « preuves ». Le cirque de B. Netanyahou n’a convaincu personne. Mais réciproquement qui peut croire que les mollahs ne veulent pas avoir eux aussi la Bombe ? Sous la question, en elle-même grave pourtant, du nucléaire, ce sont les rapports de force entre puissances qui se jouent.

Cet article a été publié dans Guerre, Iran, Moyen-Orient, Syrie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.