La rue et la démocratie contre Trump

Prés d’un million de manifestants à Washington, mais aussi, et c’est capital, des manifestations partout aux États-Unis, de la côte Ouest à la côte Est en passant par le Sud profond (ainsi, à Columbia, Caroline du Sud, à l’appel, hé oui, d’une église unitarienne dissidente !). Partout la jeunesse au premier rang, incarnée par ces enfants si terriblement mûrs de Parkland en Floride où s’est produit le massacre de trop, mené par un détraqué aux idées suprématistes « blanches », qui savait que dans l’école qu’il visait, il tuerait des Juifs ainsi que des gays et lesbiennes. Partout les moins jeunes pour les applaudir. Très souvent, au réseau March For Our Lives, constitué à partir de Parkland, organisateur officiel, se sont joints les militants de Black Lives Matter comme à Sacramento et dans bien d’autres villes, ou encore des réseaux féministes.

Au total, ce sont des millions qui ont manifesté dans tout le pays : autant ou plus – car plus de petites villes étaient touchées – que les manifestations des femmes qui ont « salué » l’avènement de Donald Trump. Et cette vague fait suite à un mois entier, depuis le massacre de Parkland, de montée dans les lycées et les universités. C’est évidemment un défi à Trump, une menace contre le pouvoir.

Le mouvement revendique la fin des attentats contre les jeunes, comme Black Lives Matter, qui s’y est joint, exige la fin des meurtres policiers de noirs, et comme MeeToo revendique la fin des agressions contre les femmes. Ces mouvements qu’on dirait en France « sociétaux » sont éminemment politiques.

Ils revendiquent la vraie démocratie contre le visage grimaçant et stupide qu’est aujourd’hui celui de l’exécutif de la première puissance mondiale. Aux États-Unis la question du port d’arme est obscurcie par la référence au 2° amendement, qui date de 1789 et opposait la milice citoyenne armée à l’armée permanente. La NRA (le lobby pro-armes dénoncé par les manifestants) n’a rien à voir avec les milices citoyennes de la révolution américaine, rien à voir. Aujourd’hui ce pays a la plus terrible armée permanente du monde, qui pèse sur toute son économie, et il a en même temps des milliers de tireurs timbrés, de propriétaires individuels se prenant pour ces cow-boys et de racistes prêts à dégainer. L’équivalent contemporain de l’exigence démocratique du XVIII° siècle pour l’armement des citoyens, c’est le combat de la société pour vivre sans armes, donc pour désarmer tous ceux qui menacent de tirer sur les peuples, sur les noirs, sur les enfants.

Rappelons qu’en même temps, dans le mois écoulé, Trump a centralisé le pouvoir exécutif autour de lui, ne recrutant que des malades ou des clients. Tillerson (Affaires étrangères) et Mac-Master (sécurité nationale) renvoyés – ce n’était pas des partisans de la vraie démocratie, assurément, mais c’était des représentants de l’appareil d’État « ordinaire » – sont remplacés, le premier par Mike Pompeo en provenance de la CIA, lui-même remplacé par une organisatrice de la torture internationale, Mme Gina Haspel, et le second par un individu tenu pour « faucon timbré » par les propres proches de l’ancien président Bush junior, John Bolton. Trump est allé trop loin pour ne pas devoir maintenant liquider le procureur Robert Mueller qui est censé poursuivre l’enquête « russe », c’est-à-dire l’enquête sur le système de corruption de Trump faisant appel aux services russes.

Les femmes, les noirs, la jeunesse, ne veulent plus de Trump.

Comme lors des manifestations de femmes à l’arrivée de Trump, il manque juste une chose à ces manifestations, pas de leur fait, pour que le mouvement global qu’elles portent soit à même de chasser Trump. Car la question est bien de chasser Trump.

Ce qui manque, ce sont les syndicats, ce sont les salariés en tant que tels (ils sont bien entendu présents en masse dans les manifestations). Deux jours avant la journée nationale de manifestations, Richard Trumka, dirigeant de l’AFL-CIO, publiait un éditorial aux accents faussement « gauchistes » saluant la chute de la bourse suite au lancement de la guerre commerciale mondiale par Trump, sur les tarifs de l’acier et de l’aluminium, contre la Chine et l’Europe. « Ce n’est pas une question partisane », écrit-il, je ne soutiens pas Trump (et d’ailleurs l’AFL-CIO se réjouit des défaites de ses partisans dans les élections partielles). Pas une question partisane ? Mais alors pourquoi l’AFL-CIO n’est-elle pas dans les manifestations avec toute la jeunesse, comme certains syndicats tel que les Infirmières de New York (NYMSA) ?

Comme Trump, il affiche la certitude que les États-Unis gagneront la guerre commerciale. Ils n’ont pourtant pas gagné les guerres tout court d’Afghanistan et d’Irak … et les bénéfices éventuels des compagnies obtenus, plus d’ailleurs par les baisses d’impôts que par le protectionnisme, n’ont aucune chance d’être réinvestis dans « ma petite ville minière du sud-ouest de la Pennsylvanie », comme fait semblant de le croire le boss syndical, aucune, car ils le seront dans les robots finissant de prendre la place des employés !

Les syndicats des nurses (infirmières) qui déjà avait porté la candidature Sanders contre les chefs démocrates, montrent la voie. Que la force du Labor s’ajoute à la force de Meetoo, la force de Black Lives Matter, la force de March For Our Lives, et le monde serait débarrassé de Trump, et la question de la vraie démocratie serait ouverte aux États-Unis.

25-03-2018.

A propos aplutsoc

Arguments Pour la Lutte Sociale - Ce bulletin, ou circulaire, est rédigé par des militants pour qui le siècle commencé est gravement menacé par le capital, et pour qui la révolution prolétarienne, prise en main de leur destinée collective par les exploités et les opprimés eux-mêmes, est plus que jamais à l’ordre du jour. Il a pour but de fournir des arguments, des éléments politiques, des propositions d’action et matière à débat à toutes celles et tous ceux qui veulent ouvrir, en France et au niveau international, une issue politique aux luttes sociales qui ne cessent pas.
Cet article a été publié dans USA. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.