Ce fut donc la primaire qui n’aurait pas dû avoir lieu – Billet du 23 janvier 2017

Tout l’establishment politico-médiatique avait décidé que ce serait un bide mais que « logiquement » M. Valls devait en sortir en tête. Ce ne fut pas un bide et M. Valls ne fut pas en tête, les deux candidats s’étant prononcés pour l’abrogation de la loi El Khomri totalisant près de 55% des voix.  Ces faits là sont indéniables.

Ce ne fut pas un bide, car, malgré les organisateurs, malgré tout le monde ou presque, 1,3 à 1,4 million de personnes sont allées voter à un scrutin qui leur avait été désigné comme inutile et déplacé.

Le fait que le comité d’organisation de la BAP, ce mystérieux machin qui s’était illustré en refusant la candidature de G. Filoche, ait fortement bricolé, annonçant un chiffre de participation très faible à 12h sur la base des « deux tiers des bureaux », puis qu’il ait annoncé un chiffre surévalué dans la soirée, « près de deux millions », révisé à la baisse le lendemain, montre avant tout une chose : ces primaires, pour leurs propres organisateurs, ont été une contrainte dangereuse mise en œuvre à reculons et de mauvais grès.

Ces péripéties nullement innocentes servent de base à une campagne visant en fait à annuler de force toute candidature issue du PS, au profit de Macron. J.L. Mélenchon et ses partisans, à l’unisson de cet establishment politico-médiatique qu’ils croient si souvent contredire, disent la même chose.

Tous avaient en réalité misé sur une participation trois ou quatre fois plus faible. Les opérations douteuses du comité d’organisation leur donnent des arguments pour tenter de nier ce qui vient pourtant de se produire dans ce pays : 55% des votants à la primaire du PS, au nombre de 1,3 à 1,4 million, ont voté pour des candidats affichés comme adversaires de la politique qui fut celle de Hollande-Valls.

Affichant leur mépris du peuple et des électeurs, de nombreux éditorialistes nous racontent ce lundi que si « les électeurs de gauche » ont mis B. Hamon en tête, c’est parce qu’ils auraient intégré la défaite et choisi un opposant, qui puisse « faire rêver » mais nullement gagner. Pour l’ordre établi, le scenario pré-choisi ne doit surtout pas être perturbé.

Ce scenario veut qu’au premier tour, « la gauche » est éliminée (merci MM. Hollande et Valls) et que tout candidat autre que M. Valls qui soit issu du PS doit être écrasé, la répartition de l’ancien électorat de gauche entre MM. Macron et Mélenchon permettant l’opération. Au second tour, soit Fillon, soit Macron, doit être élu par le moyen de Mme Le Pen en face de lui.

Sauf que c’est ce scenario que sont venus contredire les quelques 700 000 personnes qui en allant voter Hamon ou Montebourg, n’ont pas cherché à ce qu’on les « fasse rêver » mais ont cherché à peser sur la situation. Tous ceux qui avaient misé sur un bide total avec Valls en tête écument de rage.

Qu’on ne se fasse pas d’illusions : ces primaires s’avérant dangereuses pour l’ordre en place, les palinodies et les à-peu-près du douteux comité d’organisation de la prétendue « BAP » visent de fait à leur donner les moyens politiques de saboter ou d’annuler le second tour.

Trois exigences s’imposent, non pas seulement à « l’électorat socialiste », mais à tous ceux qui veulent préparer l’affrontement social prochain et qui exigent toujours l’abrogation de la loi El Khomri, de l’état d’urgence et de la réforme du collège :

  • 1) Stop aux manœuvres et au mépris pour ceux qui sont allés voter, le second tour doit avoir lieu, de manière transparente et massive.
  • 2) Dimanche prochain, tous ceux qui ont manifesté en 2016 contre la loi El Khomri, contre l’état d’urgence, doivent aller battre Valls et démultiplier le nombre de participants d’hier.
  • 3) Leur message, le message de leur vote, doit être d’appeler B. Hamon et J.L. Mélenchon à se rencontrer publiquement, tout de suite, pour appeler ensemble à battre Le Pen, Fillon et Macron, et à l’abrogation de la loi El Khomri.

Engageons la bataille pour faire taire ceux qui veulent interdire au peuple de peser :
4 millions dimanche prochain, pour signifier la rupture définitive avec Hollande-Valls et imposer l’unité sur la base des revendications du monde du travail.

Le 23-01-2017

A propos aplutsoc

Arguments Pour la Lutte Sociale - Ce bulletin, ou circulaire, est rédigé par des militants pour qui le siècle commencé est gravement menacé par le capital, et pour qui la révolution prolétarienne, prise en main de leur destinée collective par les exploités et les opprimés eux-mêmes, est plus que jamais à l’ordre du jour. Il a pour but de fournir des arguments, des éléments politiques, des propositions d’action et matière à débat à toutes celles et tous ceux qui veulent ouvrir, en France et au niveau international, une issue politique aux luttes sociales qui ne cessent pas.
Cet article a été publié dans France. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.