Ils n’arrivent pas à empêcher la marée de monter …

Lundi 14 mars fut la journée des menteurs. François Hollande se présentant comme « ayant repris les choses en main » aurait remanié en profondeur le projet de loi « El Khomri ».

Quelques unes des dispositions les plus violentes – la possibilité de faire travailler 10 heures par jour les apprentis mineurs, la suppression des congés pour décès d’un proche- sont abandonnées. Comme le dit l’un des messages qui circulent sur le net : « Version n°1 : je donne plein pouvoir aux patrons et je tue le bébé panda, Version n°2 : je renonce à tuer le bébé panda. Alors, contents ? »

De toutes façons, la jeunesse et les travailleurs ont bien retenu que ce gouvernement avait voulu supprimer les jours de congés pour décès d’un proche ! Quelle once de confiance peut-on lui accorder ?

On s’attendait à la mesure principale : un recul sur la barémisation des indemnités prud’homales pour licenciement abusif. Qu’en est-il ? Le barème est toujours là mais il devient « indicatif ». Il reste donc « indiqué » de plafonner les amendes pour délinquance patronale …

Le Compte Personnel d’Activité est renforcé, présenté comme la « mesure phare » qui aurait l’agrément « des syndicats ». Ce compte à points, individuel, menace frontalement le principe même de droits collectifs ! (1)

M. Gattaz a fait semblant d’être fâché et a envoyé dés le lendemain matin une circulaire aux responsables du MEDEF leur disant ouvertement qu’il avait fait semblant !

Les dirigeants CFDT, tout en « suspendant » leur union locale de Montpellier qui avait manifesté le 9 mars pour le retrait du projet de loi, prétendent que ces « acquis positifs » résultent de leur action. Personne n’est dupe. Le retrait de quelques mesures ultra-violentes est le fruit de la seule mobilisation du 9 mars et ce qui monte dans le pays, comme l’est l’octroi d’une toute petite hausse salariale chez les fonctionnaires. Rien qui puisse empêcher la marée de monter. Au contraire, en faisant mine de le croire et de l’attendre, nos gouvernants sont insultants.

Jeudi 17 mars, étudiants et lycéens ont manifesté dans toute la France. Ils sont nettement plus nombreux que le 9 mars et le mouvement s’étend en profondeur et géographiquement, gagnant des dizaines de lycées professionnels provinciaux qui sont oubliés des médias. Avec la jeunesse, on compte de nombreux drapeaux syndicaux notamment CGT. Le fait que la jeunesse commence à se dresser pour la défense du code du travail, à l’encontre d’une loi qui ne se présente pas comme spécifiquement destinée à la jeunesse, a une très grande signification morale et politique. La grève générale est dans l’air, parce qu’il s’agit d’un mouvement politique : il en est question parce que maintenant, tout le monde sent de plus en plus que le moment d’une explication générale arrive.

Les violences policières, comme à Tolbiac, et les fermetures de facultés pour interdire les assemblées générales qui font retour dans la jeunesse, y compris lycéenne, avec notamment la fermeture de la Sorbonne (dont le caractère hautement symbolique semble avoir échappé à ses auteurs … à quoi jouent ces messieurs les « présidents d’université » ? ), ont également caractérisé cette journée : les nombreuses tentatives d’intimidation et de provocations ont en effet toujours vu les jeunes résister et riposter.

L’image de la marée correspond assez bien à ce qui se passe. Le mouvement est engagé. Il va réaliser la grève générale effective le 31 mars et pose la question du blocage de la production et d’une bataille centralisée pour interdire à l’Assemblée, dés le mois d’avril, de voter la loi « El Khomri ».

(1) Vigilance sur ce point : il serait beaucoup question, dans des discussions entre députés PS opposants et responsables syndicaux CGT, FO, UNEF, de mettre en avant ce « compte personnel d’activité » dans des amendements censés refondre la loi. Attention, attention : la revendication, c’est le RETRAIT, ce qui doit être maintenu, c’est le CODE DU TRAVAIL, et ce que la mobilisation montante va vouloir imposer à l’Assemblée, ce n’est pas une « réécriture du Code du travail », ce ne sont pas des amendements à la loi El Khomri, c’est le retrait. Il s’agit bien de DÉFAIRE ce gouvernement, pas de le sauver !

Pour illustrer la profondeur du mouvement qui monte, deux petits exemples dans le département de l’Allier, en dehors des dates de mobilisation nationale  :

– mardi 15 mars une trentaine de salariés de l’entreprise l’Envol (accompagnement de personnes handicapées mentales) avec leur section CGT débraient pour demander un rendez-vous à la préfecture et à l’agence régionale de santé sur une revendication : l’abrogation de la loi El Khomri.

– vendredi 18 mars les élèves, principalement des filles, du lycée professionnel de Commentry, ont débrayé à nouveau et se sont rassemblées devant la mairie autour de leur slogan : « Une loi tombe, un peuple se lève ! »

https://www.youtube.com/watch?v=8WJx-pO6lug

Editorial du N°37 du 19 mars 2016

A propos aplutsoc

Arguments Pour la Lutte Sociale - Ce bulletin, ou circulaire, est rédigé par des militants pour qui le siècle commencé est gravement menacé par le capital, et pour qui la révolution prolétarienne, prise en main de leur destinée collective par les exploités et les opprimés eux-mêmes, est plus que jamais à l’ordre du jour. Il a pour but de fournir des arguments, des éléments politiques, des propositions d’action et matière à débat à toutes celles et tous ceux qui veulent ouvrir, en France et au niveau international, une issue politique aux luttes sociales qui ne cessent pas.
Cet article a été publié dans Editorial, France. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.