Par Dan La Botz, 31 mars 2020

Aux États-Unis, nous voyons des travailleurs quitter leur travail lors de grèves sauvages en réponse à l’incapacité des employeurs à fermer le lieu de travail ou à le sécuriser. Les grèves ne sont pas assez nombreuses pour qu’on puisse parler de vague de grèves, mais nous devons être conscients que c’est de leur propre initiative que les travailleurs décident ce qui est pratiquement la plus puissante action possible : le retrait de leur travail. Les grèves ont lieu à la fois dans le secteur privé et dans le public, dans les lieux de travail syndiqués ou non syndiqués, aussi bien petits que grands.

Depuis 150 ans, les travailleurs ont fait grève pour la sécurité et la santé dans une multitude d’industries, une des grèves les plus mémorables du XXe siècle, est la grève des mineurs victimes de maladies pulmonaires. Mais nous n’avons jamais rien vu d’exactement semblable auparavant, une grève sauvage pour la santé et la sécurité en réponse à une épidémie, avec des travailleurs exprimant de fortes revendications face aux employeurs et gagnant parfois. Et ces grèves se déroulent au milieu des déclarations ignorantes, parfois mensongères des politiciens et des échecs du gouvernement à tous les niveaux, par conséquent ces grèves – même lorsqu’elles concernent un employeur particulier – ont non seulement un caractère économique mais aussi un caractère politique.

Nous assistons maintenant à de telles grèves dans les diverses industries de plusieurs États.

  • Déclarant que leurs postes de travail n’étaient pas sûrs, les travailleurs de Fiat-Chrysler «ont lancé des arrêts de travail sauvages à l’usine d’assemblage de Fiat-Chrysler à Sterling Heights (SHAP) dans le Michigan» à la mi-mars tandis que les travailleurs quittaient également le travail à l’usine d’assemblage de Fiat-Chrysler à Windsor en Ontario, faisant pression sur les trois grands constructeurs automobiles (Ford, GM et Fiat-Chrysler) pour fermer les usines.

  • Après que sa femme ait été testée positive et qu’un collègue ait été mis en quarantaine, à Pittsburgh, les éboueurs ont arrêté le travail le 25 mars, garé les camions et bloqué les entrées de leurs lieux de travail exigeant des masques, de meilleurs gants et une deuxième paire de bottes de travail. Le syndicat a nié qu’une grève ait eu lieu et a attribué le débrayage à un malentendu.

  • Les travailleurs de l’ usine de transformation de poulet Purdue à Kathleen, en Géorgie, ont quitté le travail le 23 mars pour exiger la désinfection de l’usine. « Nous n’obtenons rien – aucun type de compensation, rien, même pas de nettoyage, pas de prime – rien. Nous sommes ici en train de risquer notre vie pour du poulet », a déclaré Kendaliyn Granville.

  • Au chantier naval Bath Iron Works de General Dynamics sur la rivière Kennebec à Bath, dans le Maine, la moitié des 6800 travailleurs de l’usine ont refusé de se présenter au travail le 24 mars après que la société eut révélé qu’un travailleur avait été testé positif au coronavirus. Bien qu’il ne soit pas certain que le syndicat ait organisé le confinement à domicile, les dirigeants syndicaux ont demandé que le chantier naval soit fermé et que les salariés soient autorisés à rentrer chez eux avec maintien du salaire.

  • Un groupe de travailleurs afro-américains pour la plupart, membres de la section locale 667 des Teamsters, a déclenché une grève sauvage dans un entrepôt d’épicerie Kroger à Memphis le 27 mars, après qu’un collègue a été testé positif au Covid-19. « Nous sommes vraiment dans une situation dangereuse et nous avons peur », a déclaré à la presse Maurice Wiggins, un conducteur de chariot élévateur. «La moitié des travailleurs sont rentrés chez eux. Ils ont peur pour leur sécurité. Ceux qui sont restés ici, ils sont tellement tendus qu’ils ont peur de toucher le matériel. »

  • À l’entrepôt d’Amazon à Staten Island, environ 100 travailleurs, sur un effectif de 2.500 personnes, ont quitté le travail le 30 mars, après qu’un collègue a été testé positif au coronavirus. Ils ont exigé que l’entreprise nettoie l’installation et la rende sûre.

  • Apparemment, aucun lieu de travail n’est trop petit pour une grève ou un sit-in. Le 21 mars, au Crush Bar et au Woody’s Cafe and Tavern à Portland, Oregon , 12 travailleurs ont occupé les locaux pour protester contre le licenciement de l’ensemble des 27 salariés. Quand on lui a demandé pourquoi faire un sit in plutôt que de faire valoir leur revendication par les moyens juridiques, Hannah Gioia a déclaré : « Nous ne pensons pas que nous pouvons attendre les compétences d’une agence gouvernementale pour traiter ce conflit. Nous avons besoin d’argent maintenant », a-t-elle déclaré. « Être licencié est déjà dévastateur, mais lors d’une crise de santé publique, c’est catastrophique. Nous n’avons plus d’autre choix et nous attendons de ce propriétaire qu’il fasse ce que la loi impose et ce qui est bien pour nous. »

Il doit sûrement y avoir d’autres grèves de ce type et de sit-in qui n’ont pas été couverts par la presse, et nous savons qu’il y a beaucoup d’autres protestations de toutes sortes de travailleurs, et qu’elles sont particulièrement importantes chez les enseignants et les infirmières, dont nous ne parlons pas quelle que soit leur importance. La grève sauvage tient une place particulière dans l’histoire et la théorie du mouvement ouvrier, au même titre qu’aujourd’hui la réaction face aux patrons et au gouvernement lors de la pandémie de coronavirus.

Nous remarquons que ces grèves impliquent à la fois des travailleurs hautement qualifiés et bien rémunérés – tels que ceux du chantier naval de General Dynamics ‘ Bath – ainsi que des travailleurs moins bien rémunérés tels que ceux de l’usine de transformation de poulets Purdue en Géorgie et du bar et restaurant de Portland, Oregon. On peut faire valoir que les travailleurs noirs – Pittsburgh Sanitation, Kathleen, Ga., Purdue Chick et Memphis, Teamsters – jouent un rôle de premier plan dans les grèves. Pourtant, les travailleurs du chantier naval de Bath sont essentiellement blancs, tandis que les travailleurs de l’automobile sont noirs, arabes, blancs. Il ne fait aucun doute que des travailleurs de tous les genres peuvent être trouvés dans ces mouvements, et nous entendons à la fois des hommes et des femmes être la voix des préoccupations des travailleurs. Alors que les demandes centrales portent sur la santé des salariés, nous pouvons voir qu’ils commencent déjà à élever des demandes concernant les salaires, les avantages sociaux et les conditions de travail, ainsi que la sécurité de l’emploi.

Le plus extraordinaire à propos de ces actions est que les responsables syndicaux ne les ont pas appelées. Dans certains cas, il n’y a pas de syndicat. Dans d’autres cas, comme dans l’automobile, il y a un syndicat et les travailleurs sont contraints de faire grève à la fois contre lui et contre l’entreprise. Dans certains cas comme au chantier naval de Bath, il semble que les dirigeants syndicaux aient tacitement soutenu les débrayages des travailleurs, bien que la situation ne soit pas claire. Parfois, ces grèves non officielles violent les « dispositions contractuelles de non-grève » d’un syndicat ou, dans le cas des salariés du public, de telles grèves peuvent également violer la loi. Pourtant, les travailleurs se sont organisés pour les mettre en œuvre avec peu de moyens sinon les médias sociaux et le bouche-à-oreille traditionnel, afin de protéger leur santé et de sauver leur emploi.

Les deux côtés de la grève sauvage.

Les grèves sauvages peuvent être envisagées de deux manières. La grève sauvage éclate généralement soit parce qu’il n’y a pas de syndicat, soit parce que les responsables du syndicat ont échoué à construire une direction qui combatte le patron. Les gauchistes ont parfois une vue romanesque de la grève sauvage comme expression authentique de la volonté des travailleurs, une forme qui se développerait spontanément à partir de la résistance des travailleurs au patron. Certains y voient le signe avant-coureur de la grève générale qui renversera le capitalisme et amènera les travailleurs au pouvoir. En même temps, il faut reconnaître que les travailleurs ont dû faire une grève sauvage parce qu’ils n’avaient pas pris le contrôle de leur syndicat et ne pouvaient pas utiliser le syndicat comme l’expression de leur force. La grève sauvage est à la fois une expression du pouvoir direct des travailleurs sur le lieu de production, mais aussi une démonstration de leur incapacité – en raison du pouvoir des patrons et de la bureaucratie ouvrière – à construire un syndicat contrôlé démocratiquement qui pourrait exprimer leur volonté.

Lorsque les travailleurs le reconnaissent, du moins dans une période de bouleversements sociaux, ils ont parfois tenté, par le passé, de prendre le pouvoir dans leurs syndicats et de les transformer en organisations combattantes. Les grèves sauvages peuvent alors devenir la source d’énergie qui alimente les mouvements de base, comme cela a été le cas dans l’industrie lourde pendant plus d’un siècle et parmi les fonctionnaires depuis 75 ans. La grande avancée des travailleurs américains dans les années 1930 qui a conduit à la fondation du Congrès des organisations industrielles (CIO) et à une vaste expansion de la Fédération américaine du travail (AFL) découle de telles grèves sauvages dans les usines de caoutchouc, l’industrie automobile, chez les électriciens et dans bien d’autres secteurs. Des travailleurs ont débrayé par milliers, certains ont occupé leurs usines, tandis que d’autres ont créé des piquets de grève de masse, combattu les briseurs de grève et la police. Les grèves sauvages se sont propagées au cours de la décennie de la dépression comme un virus à travers les États-Unis, impliquant de petits magasins industriels et des travailleurs du commerce de détail. Une chose similaire s’est produite dans les années 1960 et 1970 avec des enseignants et des fonctionnaires qui ont débrayé dans des grèves illégales pour fonder leurs syndicats. Les soulèvements venus de la base ont également transformé les United Mine Workers dans les années 1970 et ont également bousculé d’autres syndicats.

Le coronavirus qui a précipité la récession actuelle (proche de devenir une deuxième grande dépression) est devenu la cause de conflits entre les employeurs qui luttent pour préserver leurs entreprises et leurs profits et les travailleurs qui se battent pour leur santé et leur vie, pour leur travail et leur niveau de vie. Nous pouvons nous attendre à ce que ces grèves continuent car les « travailleurs essentiels », comme on les appelle, ressentent leur pouvoir. Alors que la pandémie – dont nous devons nous rappeler qu’elle commence à peine à décoller aux États-Unis – s’étend et que la profondeur de la crise économique et son impact à long terme deviennent clairs, les grèves prendront d’autres formes que nous ne pouvons pas prévoir.

Mais nous devons nous rappeler que le chômage, que certains voient frapper 20 ou 25 pour cent de la population active, pourrait devenir un amortisseur à de telles actions. Historiquement, la montée du chômage, comme en 1975 et 1980, a ralenti, voire stoppé, les luttes d’en bas, comme nous les évoquons ici. Pourtant, si les grèves sauvages continuent et se développent, elles pourraient propulser de nouveaux mouvements de base se levant pour s’emparer des directions des syndicats et les transformer en organisations de combat de la classe ouvrière. Si cela se produit à grande échelle, nous entrerons dans une nouvelle ère où de nombreuses autres possibilités pourraient apparaître à l’horizon, la plus importante étant la possibilité d’une action politique indépendante ou d’un parti politique ouvrier. Nous devons garder un œil sur ces mouvements de grève sauvage, les soutenir, espérer qu’ils se répandent et se développent, leur offrir notre solidarité et espérer qu’ils deviennent des mouvements de démocratisation des syndicats, les transformant en organisations de lutte de classe combattant pour le pouvoir économique et politique.

à propos de l’auteur

DAN LA BOTZ est un enseignant, écrivain et militant qui vit à Brooklyn.Il est co-éditeur de New Politics.

Source : https://newpol.org/the-coronavirus-strikes-and-their-significance-so-far/

Traduction par nos soins