Où en sommes-nous avec Trump ?

Le 23 décembre dernier, nous titrions : Crise au sommet à Washington : le spectre de la démission avance !

Et nous poursuivions :

« Du point de vue judiciaire, il semble évident que le procureur Mueller a réuni les preuves que Trump travaille, ou est tenu, par le FSB et avant lui par le KGB (ça remonte très loin), pour des raisons mafieuses et crapuleuses. Les pressions s’organisent pour éviter une mise en accusation ou un impeachment que tous craignent, car ça dirait au monde entier que la première puissance mondiale a laissé un tel personnage devenir son président. Il faut, pour cela, qu’il démissionne, ce que certains s’attendent à voir se produire par exemple lorsque son fils et son gendre seront inculpés. Ensuite que tout rentre dans l’ordre avec Mike Pence président …

Le problème est que l’animal pourrait résister. Le voila déjà qui conteste les hausses de taux de la Fed, et Wall Street fléchit sérieusement, qui annonce le retrait des troupes de Syrie et qui va au shutdown (le blocage budgétaire) avec le congrès, tout ça en même temps. Excusez du peu !« 

L’ampleur de la crise au sommet aux États-Unis était aussi un axe important dans notre approche du débat qui a traversé les Democratic Socialists of America et, plus largement, tout le mouvement ouvrier nord-américain, et qui n’est pas fini loin s’en faut : 

« Ce qu’il y a plus préoccupant à la lecture des deux contributions de nos camarades américains, est que l’une comme l’autre retardent énormément par rapport au Washington Post, par rapport à Michael Cohen, par rapport au rapporteur de la commission du Congrès Cummings, et même par rapport aux fourriers de guerre civile de la droite suprématiste blanche : les cercles du capital parlent de guerre civile après une implosion du système constitutionnel qui s’est produite, ou qui a largement commencé, lors des présidentielles de 2016, et pendant ce temps nos camarades soit parlent d’une victoire réformiste qui ferait à nouveau rêver soit de continuer, somme toute, comme avant. Un petit tour dans le rêve ou la continuation de la vieille patience militante ? Mais ce n’est pas cela le sujet. Le sujet c’est que la première puissance capitaliste mondiale est à bout de souffle et que sa classe dominante ne sait plus comment gérer ses propres contradictions.« 

Robert Mueller a communiqué son rapport au ministre de la Justice, William Barr, le 23 mars. Le lendemain soir, celui-ci faisait savoir que selon le rapport Mueller, il n’y a pas de collusion entre Trump et la Russie. Les Républicains ont crié victoire, les Démocrates réclamant la publicité intégrale du rapport. L’un des meilleurs commentateurs de ce côté ci de l’Atlantique sur les évènements nord-américains, le blogueur Paul Jorion, tout en ne voulant pas mettre en doute la vertu de Robert Mueller (« Dont acte »), laisse grande ouverte l’hypothèse que tout n’est pas dit, loin s’en faut. Alexandria Ocasio-Cortez, figure de proue de la gauche démocrate qui soutient la candidature Sanders, a affirmé que « même les ingérences étrangères » jouent sur et à partir des blessures de l’Amérique : « inégalité des revenus, racisme, corruption, propension à laisse libre cours à la bigotry (intolérance religieuse et obscurantisme) ».

Cela dit, aurions-nous eu tout faux en prédisant une crise majeure reliée au rapport Mueller ?

Tout laisse à penser que nous avions, en fait, et pour ainsi dire, non pas « tout faux », mais « trop juste » !

A la différence de l’honnête Paul Jorion, nous n’avons pas de confiance a priori dans la vertu de l’ancien chef du FBI (de 2001 à 2013) Robert Mueller. Quoi qu’il en soit de ce point, l’équation devant laquelle s’est trouvé l’establishment US, à la Maison blanche, au Pentagone, au FBI, à la CIA, à Wall Street, à la Chambre de commerce, à la Fed …, institutions qui toutes, peu ou prou, ont à se plaindre de Trump (y compris la première de cette liste, la sienne !), n’était et n’est pas sans analogie avec le Brexit : Brexit impossible, non-Brexit impossible, nous sommes devant le mur, tapons dedans. Donc ici : Impeachment impossible, non Impeachment impossible, nous sommes devant le mur, tapons dedans …

L’Impeachment, soit dit réserve faite de tout rebondissement lié aux sous-entendus et points irrésolus ou écartés du rapport Mueller non publié, était une catastrophe pour l’institution présidentielle US elle-même – clef de voûte de tout l’ordre mondial ! -, même avec le « fiable » Pence à la place, et reporter toute échéance (et même la publication du rapport, plus ou moins promise, pas faite, non datée …) une option mauvaise, mais la moins mauvaise dans l’immédiat.

Le sursis donné à Trump ne signifie donc pas qu’il n’y a pas crise, mais au contraire que la crise est telle que toute solution l’aggraverait.

Politiquement, il induit une situation dans laquelle s’impose l’idée qu’il terminera son mandat, et donc, selon la coutume para-constitutionnelle, qu’il postulera à un second mandat et qu’il n’y aurait pas de primaire républicaine.

D’où le caractère explosif, dans le cadre des institutions nord-américaines, de la prochaine primaire démocrate, et, à cheval sur celle-ci puisqu’il se présente dans ce cadre, le fait que la candidature Sanders (ou Ocasio-Cortez si elle le relaie), est aujourd’hui, toutes choses égales par ailleurs, à même de gagner. 

Comme nous l’indiquions en guise de contribution au débat des DSA, le soutien à cette perspective se comprend, mais il doit être indépendant du Parti démocrate et pousser à une candidature sortant de ce cadre. Mais c’est maintenant, c’est tout de suite que s’impose le combat pour l’exigence démocratique :

  • publicité intégrale du rapport Mueller et de tous, tous, tous, les à-cotés ! Pas de petits arrangements entre parrains !

  • Trump, Pence : dehors ! Trump n’avait pas de légitimité démocratique avant la non-publication du rapport Mueller, il n’en a pas plus après. Cela veut dire que le mur anti-immigrés, les lois anti-sociales, la précarité du travail et les salaires de misère doivent cesser et être combattus par la lutte la plus massive, sans attendre !

    Le 02/04/2019.

A propos aplutsoc

Arguments Pour la Lutte Sociale - Ce bulletin, ou circulaire, est rédigé par des militants pour qui le siècle commencé est gravement menacé par le capital, et pour qui la révolution prolétarienne, prise en main de leur destinée collective par les exploités et les opprimés eux-mêmes, est plus que jamais à l’ordre du jour. Il a pour but de fournir des arguments, des éléments politiques, des propositions d’action et matière à débat à toutes celles et tous ceux qui veulent ouvrir, en France et au niveau international, une issue politique aux luttes sociales qui ne cessent pas.
Cet article a été publié dans USA. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.