Oleg Sentsov, premier bilan.

Lettre d’Oleg Sentsov du 5 octobre 2018 à ses proches et soutiens

La grève de la faim d’Oleg Sentsov a pris fin.

Le vendredi 28 septembre 2018, arrivé à son … 139° jour de grève, Oleg a été emmené à l’hôpital civil de Labytnangui, la localité de Iamalo-Némétsie, en Sibérie occidentale, au Nord du cercle polaire, où se trouve, depuis le Goulag, son centre de détention réputé « dur ». La menace d’alimentation de force s’est alors précisée.

Le dimanche 30 septembre, 141° jour de la grève de la faim d’Oleg Sentsov, le journal russe indépendant Novaïa Gazeta recevait des « indiscrétions » voulues, de provenance étatique, dont il faisait immédiatement état, selon lesquelles l’État russe aurait fait savoir à l’administration états-unienne qu’il lui proposerait une « action humanitaire » consistant à échanger Oleg Sentsov contre trois individus, de nationalité russe, emprisonnés aux États-Unis :

– Konstantin Yaroshenko, condamné à 20 ans de prison pour trafic de drogue,

– Victor Bout, condamné à 25 ans pour trafic d’armes et « soutien au terrorisme »,

– et Maria Butina, arrêtée en juillet dernier juste avant la visite de Trump à Poutine et qui est un maillon important de « l’enquête Mueller » contre le président Trump.

Ainsi, Poutine faisait de Sentsov un otage de haut niveau qu’il proposait à sa manière « humanitaire » (sic) d’échanger notamment contre Maria Butina, aidant ainsi Trump et faisant par avance retomber sur le procureur Mueller un non échange …

Si cette manœuvre se prolongeait, on entrerait dans des tractations de brigands n’ayant rien d’ « humanitaire » et mettant en balance l’aide à Trump dans une enquête qui est probablement en train d’établir ses liens mafieux et immobiliers avec les services russes depuis une époque assez ancienne, et la vie du cinéaste, militant des droits humains et combattant de l’indépendance ukrainienne Oleg Sentsov.

Ostensiblement, la proposition officieuse des services russes à Washington passait par dessus le pays dont Oleg Sentsov est citoyen : l’Ukraine.

Mais la mise en œuvre de cette manœuvre exigeait que Oleg Sentsov ne meure pas et soit donc nourri de gré ou de force.

Le vendredi 5 octobre, 146° jour, les médias russes, qui avaient diffusé dans la semaine une photo de Oleg Sentsov squelettique, présentée comme ayant été prise lors de son transfert à l’hôpital le vendredi précédent, affirmaient que Oleg Sentsov avait arrêté sa grève de la faim, « scoop » aussitôt repris sur France info, et assorti en Russie de propos douteux du style « il a mangé du poulet« .

C’est le samedi 6 octobre qu’à son 147° jour Oleg Sentsov a pu remettre à son avocat la lettre suivante, aussitôt rendue publique par ce dernier :

« À tous ceux qui s’intéressent encore à moi.

En lien avec l’état critique de ma santé et les changements pathologiques dans les organes internes qui ont commencé, dans un futur très proche, je suis programmé pour être nourri de force. Mon opinion n’est plus prise en compte. À ce qu’il paraît, je ne suis plus en état d’évaluer moi-même l’état de ma santé. L’alimentation forcée sera effectuée dans le cadre de la réanimation, pour sauver la vie du patient. Dans ces conditions, je dois arrêter ma grève de la faim demain, c’est à dire, le 6 octobre 2018.

145 jours de combat, vingt kilos en moins, plus un corps déchiré, mais mon but n’a jamais été atteint. Je suis reconnaissant à tous ceux qui m’ont soutenu, et je m’excuse auprès de ceux pour lesquels j’ai échoué…

Gloire à l’Ukraine!

Oleg Sentsov, le 5 octobre 2018. »

Oleg Sentsov n’a pas échoué : sa mort était devenue un problème pour Poutine et c’est pour cela qu’il allait être nourri de force. Il n’a pas forcément été informé des tractations diplomatiques sordides annoncées à son sujet pour associer son sort à celui de … Donald Trump, mais la publication de sa lettre leur porte un coup. Oleg, tu es et reste un combattant : honneur à toi !

Le Collectif de soutien à Oleg Sentsov et aux autres prisonniers politiques ukrainiens emprisonnés en Russie, en France, qui avait notamment impulsé les piquets de cinéastes, d’artistes et de personnalités devant l’ambassade russe depuis début septembre, a rendu public le communiqué suivant :

« Aujourd’hui, 6 octobre 2018, après 145 jours, le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov a arrêté sa grève de la faim pour ne pas être plus torturé qu’il ne l’a déjà été, ne pas être intubé et gavé de force sur ordre de Vladimir Poutine.

Par cette menace sur l’intégrité physique et morale d’Oleg Sentsov, en lui retirant la seule arme à sa disposition : son propre corps, Poutine s’assoit une nouvelle fois sur les lois internationales – pourtant signées par la Russie – interdisant cette forme de torture particulièrement abjecte qu’est la « nourriture forcée« .

On se demande vraiment ce qu’attendent Emmanuel Macron, Angela Merkel et les dirigeants des autres démocraties européennes et mondiales pour taper du poing sur la table et exiger de la Russie de Poutine qu’elle cesse de se comporter comme un État terroriste et de bafouer ouvertement, sans crainte de représailles, le droit international.

Oleg Sentsov a arrêté sa grève de la faim, mais le combat chaque jour un peu moins solitaire qu’il mène au nom des valeurs démocratiques : de liberté, de justice, de paix… continue.

Ce combat étant aussi le nôtre, celui de tous les démocrates, nous continuerons, comme nous le faisons depuis le 14 septembre, à protester à ses côtés, en nous relayant toutes les 24h, à 9h30 devant l’ambassade de Russie à Paris, tout en réfléchissant à d’autres types d’action pour obtenir dans les plus brefs délais la libération d’Oleg Sentsov et de ceux pour lesquels il se bat.« 

Relevons l’accent critique envers Emmanuel Macron et les dirigeants européens, de la part d’intellectuels et d’artistes qui avaient, jusqu’à la décision de tenir un piquet devant l’ambassade, sincèrement espéré qu’ils interviennent sérieusement, ce qui n’a pas été le cas.

Quels que soient, en effet, les discours macroniens sur l’opposition entre les libéraux et démocrates comme Macron prétend l’être, et les « illibéraux » et poutiniens comme Salvini et Orban, sa Realpolitik réellement existante suppose que l’ordre social règne en Europe, que Poutine garde la Crimée et continue à répandre crime et mafia dans l’Est de l’Ukraine, aussi bien que les bandes esclavagistes lybiennes continuent à séquestrer les migrants et les réfugiés que les bateaux comme l’Aquarius ne doivent pas secourir.

Le gouvernement ukrainien lui-même n’a pas vraiment été en pointe, c’est le moins que l’on puisse dire, pour défendre le plus héroïque de ses ressortissants. Et la droite nationaliste ukrainienne est plus occupée à traquer les Roms et les gays qu’à combattre l’annexion de la Crimée, l’occupation du Donbass et la séquestration des prisonniers ukrainiens en Russie. La défense de la cause nationale, de l’indépendance et de l’unité ukrainienne, a été assumée par la bataille de Sentsov pendant des mois.

En ce qui nous concerne – militants d’APLS – nous sommes intervenus pour que le mouvement ouvrier prenne sa place indispensable dans cette bataille.

Ainsi, nous avons pesé, de manière sans doute décisive par son rôle initial, dans la prise de position d’une majorité de députés communistes français et de députés européens du groupe GUE/NGL, contre ceux qui, dans les mêmes groupes, ont refusé de prendre position voire soutenu ostensiblement les forces d’occupation dans le Donbass. Récemment c’est même le groupe parlementaire de la France insoumise qui s’est prononcé pour la libération de Sentsov et aussi des prisonniers politiques ukrainiens en Russie, certes très tardivement ; une prise de position qui a probablement été permise par la crise montante de la FI après la relativisation de la place du commissaire aux affaires extérieures de J.L. Mélenchon, D. Kuzmanovic.

Nous sommes intervenus pour que le Collectif Koltchenko se mobilise réellement sur ce sujet en reprenant la bataille pour des prises de positions de syndicats, au nombre desquels s’est ajouté Infocom-CGT cet été. Mais l’inertie a été grande ici et ne peut s’expliquer par le seul facteur « estival ». La FSU, Solidaires, le NPA et Alternative libertaire sont membres de ce collectif mais leurs forces n’ont pas été mobilisées. Se pose ici la question de la reconstitution d’un véritable internationalisme, avec les peuples et pas avec des États.

Enfin, invité comme membre de ce collectif, notre camarade V. Présumey a pu animer une réunion publique précédant la diffusion du documentaire remarquable de Askold Kurov, avec Hanna Perrekhoda, militante ukrainienne de gauche, et Pierre-Antoin Shorderet, président du comité exécutif d’Amnesty International en Suisse, à Lausanne à l’initiative de SolidaritéS et du cinéma City-Club. Il y a répété ce que nous disons depuis le début : le mouvement ouvrier a la responsabilité de mener campagne et d’aller devant les ambassades.

On touche là du doigt ce qui a manqué, et ce pour quoi un bulletin de débat comme celui-ci existe.

La bataille continue : l’indépendance et l’unité de l’Ukraine sont une exigence démocratique qui, comme telle, doit faire partie du programme et du combat européens d’une force révolutionnaire et démocratique dont le regroupement est de plus en plus nécessaire.

06-10-2018.

A propos aplutsoc

Arguments Pour la Lutte Sociale - Ce bulletin, ou circulaire, est rédigé par des militants pour qui le siècle commencé est gravement menacé par le capital, et pour qui la révolution prolétarienne, prise en main de leur destinée collective par les exploités et les opprimés eux-mêmes, est plus que jamais à l’ordre du jour. Il a pour but de fournir des arguments, des éléments politiques, des propositions d’action et matière à débat à toutes celles et tous ceux qui veulent ouvrir, en France et au niveau international, une issue politique aux luttes sociales qui ne cessent pas.
Cet article a été publié dans Libertés démocratiques, Répression, Russie, Ukraine. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.