Brésil: la démocratie c’est LULA CANDIDAT !

Un rassemblement de soutien au droit de Lula à être candidat aux élections présidentielles au Brésil, se tiendra place de la République à Paris le mardi 14 août de 18h 30 à 20h 30.

Ce rassemblement est appelé par le Comité International de Solidarité avec Lula et la démocratie, https://liberezlula.org/

Il se tient à la veille de la marche sur Brasilia organisée le 15 août pour protester contre l’emprisonnement arbitraire de l’ex-président Lula, après un procès truqué, manipulé par les politiciens les plus véreux de l’histoire du Brésil. S’appuyant sur un régime militaro-mafieux, Temer et sa clique ont réussi à faire condamner pour corruption, un dirigeant du mouvement ouvrier, aujourd’hui candidat aux présidentielles désigné par son parti, le Parti des Travailleurs (PT). Lula est crédité de plus de 30% des intentions de vote aux élections présidentielles d’octobre prochain, soit près du double de voix de ses principaux concurrents.

Cette condamnation de Lula à 12 ans de prison représente non seulement une atteinte aux droits de l’homme, mais encore à la démocratie au Brésil.

Cette condamnation de l’ex-président et dirigeant syndical Lula représente aussi un approfondissement du coup d’état qui a destitué la présidente Dilma Rousseff, porté Temer à la présidence, détruit le droit du travail et les conquêtes sociales et décidé de la privatisation des plus grandes entreprises nationalisées comme la Petrobras, Embraer ou Eletrobras et dans la foulée, de 57 entreprises publiques.

Pour poursuivre cette politique la bourgeoisie brésilienne a besoin de truquer les élections en interdisant la présence du principal candidat des ouvriers et des paysans brésiliens. La politique du PT, les présidences de Lula ou de Dilma Roussef, leur abandons des intérêts du prolétariat brésilien ne comptent pas pour rien dans la violence anti ouvrière que s’autorise le régime de Temer. Mais c’est aux travailleurs brésiliens qu’il appartient de demander des comptes à Lula sur sa politique et sa gestion. La première condition de la démocratie c’est que Lula soit libéré, que sa condamnation soit considérée comme illégale, et qu’il puisse participer de plein droit à la campagne électorale.

Les travailleurs brésiliens veulent mettre fin à la politique anti ouvrière de Temer et de son régime mafieux. Ils ne veulent pas du candidat propulsé par Temer, son ancien ministre de l’économie, Henrique Meirelles qui incarne la politique d’austérité menée par le gouvernement depuis le coup d’état de 2016 . Personne ne veut de Meirelles, il est crédité de moins de 2% des intentions de vote. Le régime de Temer est en difficulté.

Les travailleurs brésiliens ne veulent pas que les juges d’un régime véreux les expulsent de la bataille électorale, ils veulent reconquérir leurs droits et leurs organisations.

Dans tous les pays, les militants ouvriers les soutiendront dans ce combat.

Cet article a été publié dans Brésil, Libertés démocratiques, Mouvement ouvrier, Répression. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.