Pourquoi un comité de gréve dans notre dépôt : son rôle, sa force, ses limites.

Nous avons reçu ce document de la part d’un groupe de camarades de la RATP qui cherchent à réaliser le développement de comités de grève dans leur entreprise comme plus largement. Nous le publions à titre de contribution à la discussion sur les taches du moment.

Le 05 décembre dernier, notre entreprise RATP a vécu une grève historique, et pourtant chacun le ressent, chacun le pressent, la partie est loin d’être gagnée.

Beaucoup d’entre nous avons vécu dans le passé des conflits aussi puissants que celui que nous sommes en train de vivre. Nous nous croyions au début invincibles et pourtant à la fin nous mordions systématiquement la poussière.

La raison, chacun la connaît, elle était due à la trahison systématique des directions syndicales qui, non contentes de nous cloisonner sur nos attachements, in fine s’entendaient sur un compromis pourri avec le gouvernement ?

Il en va exactement de même pour ce conflit. Les directions syndicales acceptent de continuer à discuter avec la macronie, alors même que depuis le 13 septembre et systématiquement, les AG aux quatre coins du pays leur demandent de rompre, d’appeler à la grève interpro jusqu’au retrait.

Une régression sociale, la fin de notre statut et de notre régime de retraite ne se négocie pas, elle se combat !

Vos élus à la RATP vous diront que c’est ce qu’ils font : ils combattent ce projet. C’est un mensonge, du simple fait qu’ils ne disent mot et ne dénoncent pas la politique traître de leurs supérieurs dans les syndicats !

Les directions syndicales avaient trois mois pour préparer cette grève, et en faire une grève illimitée structurée et centralisée. Sommes-nous structurés ? Sommes-nous centralisés ? Sommes-nous organisés ?

Poser cette question, c’est y répondre ! Tout est à faire !

Le rôle de votre comité va être de faire ce que les bureaucrates refusent de faire !

Certes notre force, cette force que nous allons quotidiennement puiser dans votre énergie et dans votre volonté de vaincre, dans nos assemblées générales souveraines, va n’en doutons pas être grandement et dangereusement pondérée par la mauvaise volonté de la bureaucratie syndicale.

Le summum vendredi dernier été atteint lorsqu’une assemblée générale d’un dépôt de bus donné, le nôtre en la circonstance, décidait unanimement de créer un comité d’organisation, et que malgré notre insistance, nos représentants syndicaux refusaient d’y siéger.

Ce matin nous réitérons cette exigence, même si leur absence ne va en rien freiner notre ardeur de travailler à notre victoire prochaine.

La force d’un comité de base, c’est qu’il est l’émanation directe de la volonté de combat et de victoire de tous les grévistes d’un attachement, syndiqués et non syndiqués.

Sa faiblesse, sa grande faiblesse, c’est qu’il est tout autant enclavé, tout autant atomisé qu’une assemblée générale isolée et impuissante dans son coin.

La grande besogne de notre comité va être de nous fédérer et nous centraliser, à l’échelle d’un département d’abord, à l’échelle d’une entreprise ensuite, à l’échelle du pays pour finir.

Camarades grévistes, sans vous nous ne pouvons arriver à rien, apportez nous chaque jour votre soutien dans nos assemblées générales.

Nous nous engageons à regarder la réalité en face ; à ne pas chercher la ligne de moindre résistance ; à appeler les choses par leur nom ; à vous dire la vérité quelque amère qu’elle soit ; à ne pas craindre les obstacles ; à être rigoureux dans les petites choses comme dans les grandes, à élever votre conscience de classe en vous donnant confiance et en permettant à votre abnégation à la lutte à s’épanouir et être utile à la cause, voilà à quoi nous nous engageons !

Celui qui n’a pas d’ennemis n’a pas d’amis. Pour que notre comité, les comités, un comité central des grévistes de la RATP (qu’il faut aller chercher vite, le compteur tourne) centralisent notre grève illimitée jusqu’au retrait, protégez votre comité, protégez vos délégués.

LE COMITÉ DE VITRY BUS RATP, Samedi 07 décembre 2019

 

A propos aplutsoc

Arguments Pour la Lutte Sociale - Ce bulletin, ou circulaire, est rédigé par des militants pour qui le siècle commencé est gravement menacé par le capital, et pour qui la révolution prolétarienne, prise en main de leur destinée collective par les exploités et les opprimés eux-mêmes, est plus que jamais à l’ordre du jour. Il a pour but de fournir des arguments, des éléments politiques, des propositions d’action et matière à débat à toutes celles et tous ceux qui veulent ouvrir, en France et au niveau international, une issue politique aux luttes sociales qui ne cessent pas.
Cet article a été publié dans Discussion, Documents, France, Grève générale. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Pourquoi un comité de gréve dans notre dépôt : son rôle, sa force, ses limites.

  1. Alain Dubois dit :

    Bonjour,

    Je suis abonné à vos billets que je trouve intéressants et qui rejoignent souvent les miens sur mon site lherbu.com, auquel l’abonnement est aisé et gratuit.

    Votre billet ci-dessus répond à mon dernier billet sur Mediapart:

    https://blogs.mediapart.fr/alaindubois/blog/081219/la-greve-espoirs-et-illusions

    et sur L’Herbu:

    http://lherbu.com/2019/12/la-greve-espoirs-et-illusions.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

    Fraternellement,

    Alain Dubois

    J'aime

  2. Eninel dit :

    Merci pour votre soutien camarades.

    Ce matin sur les AG à la RATP ( pas toutes mais beaucoup ), c’est la guerre entres les tenants du dialogue social et les tenants de la mise en place d’un Comité Central.

    Pourquoi un Comité Central ?

    Voilà la discussion sur les forums que nous avons avec nos camarades cheminots :

    En réponse à la proposition de la mise en place d’une coordination ouvrière du camarade Anasse de Sud Rail :

    Le camarade Anasse mouille la chemise, c’est indiscutable.

    Il nous parle ce soir de la mise en place d’une Coordination Ouvrière, unitaire et interpro, de délégués mandatés, et cela est tout à son honneur.

    Il nous dit qu’il nous faut déborder les appareils bureaucratiques traites et se préparer à mener à son terme victorieux notre grève nous la base.

    Nous sommes d’accord.

    Cependant il passe sous silence un processus en cours, faisant que la bureaucratie pousse à des opérations commandos contre la tenue des AG.

    Elle ne les contrôle plus, elle veut s’en débarrasser.

    C’est pourquoi nous frondeurs CGT, nous considérons qu’avant de penser à comment on peut construire le toit, il faut consolider nos fondations.

    Demain lundi et dans les jours suivants si c’est nécessaire, à la RATP et à la SNCF , notre place est dans nos AG en défense de nos AG.

    Si il n’y a pas d’AG, il n’y aura pas d’élections de délégués et pas de mandats.

    Le camarade Anasse se retrouvera avec une coordination , sans délégués et sans mandat.

    Une coordination hors sol !

    Nous pensons que seuls des comités et un comité central, peuvent assurer la survie des AG, et terrasser définitivement les sabotages de la bureaucratie.

    Nous nous tournerons vers une coordination interpro sérieuse, si elle existe, en y envoyant des délégués du comité central des grévistes de la RATP, le plus vite possible.

    Que chacun en soit convaincu !

    J'aime

  3. Eninel dit :

    FRONDE SYNDICALE A LA BASE

    ON ACHÈVE BIEN LES CHEMINOTS !

    « Les Fédérations CGT des Cheminots, des Transports, des Mines et de l’Énergie, et des Industries Chimiques affirment que le Gouvernement dispose d’une semaine pour annoncer le retrait de son projet » annonce de manière scandaleuse un communiqué CGT daté du 15 décembre.

    Mais de qui se moque cette bureaucratie CGT, assez représentative de l’état d’esprit pusillanime, de la quasi totalité des directions petites bourgeoises des partis et syndicats ouvriers ?

    Alors que les salariés de la SNCF et de la RATP sont engagés depuis le 05 décembre dans un bras de fer total, la grève illimitée la plus puissante et la plus importante de leur histoire, la bureaucratie fixe cet ultimatum ridicule au gouvernement Macron Philippe Delevoyou ?

    Chercherait-elle cette bureaucratie, en l’isolant, à étrangler la grève des agents de la RATP et des CHEMINOTS, elle ne s’y prendrait pas autrement !

    Comment ? Les directions syndicales promettent de commencer à déposer des préavis de grève dans leurs secteurs, seulement lorsque les grévistes de la SNCF et de la RATP entameront leur vingtième jour de grève ?

    Pour les plus anciens d’entres nous, ils se souviendront d’un vieux film américain de 1969 réalisé par Sydney Pollack, et inspiré du roman du même nom de Horace McCoy, publié en 1935, qui s’appelait « on achève bien les chevaux ».

    Objectivement, tout démontre de la volonté de la bureaucratie de refaire ce film et de nous achever ! En pleine dépression économique, des marathons de danse attirent jeunes et vieux accablés par la misère. Robert et sa partenaire Gloria dansent a en perdre la raison. Il faut tenir coûte que coûte, jusqu’à la mort, pour espérer pouvoir toucher une misérable prime, des médias bourgeois cynique en quête d’audimat, au dernier couple qui restera sur la piste de danse.

    De la même manière ce mois de décembre 2019, en pleine dépression économique, une bureaucratie syndicale traître et corrompue, offre comme seule option aux grévistes de la SNCF et de la RATP, de danser devant leurs dépôts et leurs stations de Métro … jusqu’à la mort.

    Il faut grèver et tenir coûte que coûte seuls à la SNCF et à la RATP, danser jusqu’à épuisement, pour espérer pouvoir obtenir de leur part, dans une semaine, à la fin d’un l’ultimatum insensé, l’élargissement de la grève à d’autre secteurs de travailleurs, des secteurs objectivement aussi motivés que les autres, à obtenir le retrait d’un projet honni, mais des secteurs privés eux d’appels à la grève illimitée ?

    C’est du dynamitage en règle du mouvement, à la solde de Macron !

    La grève doit rester cantonnée à la SNCF et à la RATP, cantonnement permettant à un premier ministre aux abois, opportunément, de lancer à la volée dans les médias, tout heureux d’avoir un tel argument pour tenter de casser la grève avant Noël :

    «… Il faut une trêve, il est juste impensable que deux professions puissent empêcher les français de partager des moments en famille dont tout le monde à besoin … »

    Il est juste impensable répondons nous, qu’une bureaucratie traîtresse puisse réussir à maintenir le mécontentement populaire à deux entreprises. Et c’est pourtant ce qu’elle arrive à faire. Lui faut-elle de solide soutien du côté des directions des partis politique de la gauche et de l’extrême gauche pour arriver à cela !

    Camarades, l’heure est venue pour nous d’agir.

    Une troisième Rencontre interpro des grévistes Ile De France a lieu cette après midi à Saint Lazare à 15h00. Avec notamment des élus mandatés des assemblées Générales Souveraines grévistes de la RATP, de la SNCF et des profs. Venez de tous les bahuts, dépôts, attachements, gares, lignes, pour que la grève appartienne aux grévistes, nous coordonner à la base, pour mettre en place une direction alternative à cette bureaucratie. On ne lâche rien jusqu’au Retrait total!

    La duplicité et la ruse la mieux ourdie peut nuire à son auteur !

    Les Frondeurs CGT de la RATP le lundi 16 décembre 2019

    J'aime

Répondre à Alain Dubois Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.