Les nôtres – Claude Luchetta

Notre ami et camarade Claude Luchetta est mort le 28 février dernier, d’un cancer puissant auquel il avait résisté, parfois victorieusement, pendant des années. Ses dernières semaines ont été celles d’un combat serein, soins arrêtés, mais notre Claude survivant et devisant toujours, sereinement, du monde et des êtres.

Claude était né en 1947 dans un milieu prolétarien, fort pauvre. Il était devenu professeur de philosophie, donnant aussi des cours de culture générale dans des écoles d’infirmières et des associations d’éducation populaire. Et dans le même mouvement, ce passionné de livres et de compréhension sociale avait embrassé les idées de Léon Trotsky, autour de l’année 1968 et des luttes étudiantes et sociales à Clermont-Ferrand.

Professeur au lycée de garçons du Puy devenu par la suite le lycée dit de la « Roche-Arnaud », Claude a « monté » la Ligue Communiste Révolutionnaire en Haute-Loire. Comme l’a raconté Raymond Vacheron lors de l’hommage rendu à Coubon le 4 mars, c’est lui qui lui a ouvert à la fois le monde des luttes organisées et le monde des livres. Pendant quelques années ce sont des essaims de lycéennes et de lycéens qui sont passés par le « Cercle rouge » et les groupes « Taupe rouge ». La génération de ceux qui, plus tard, dirigeront les unions départementales CFDT puis CGT (la majorité de la CFDT de Haute-Loire rejoindra la CGT en 2003), et aussi FO (les dirigeants de l’UD, liés au POI, ont été eux-mêmes initialement recrutés et formés dans les cercles qu’animait Claude à la fin des années 1970), en est issue.

J’y fus moi-même, à 16 ans, à la croisée des chemins, décidant d’adhérer à la Ligue de Claude alors qu’il était lui-même, de l’intérieur, gagné à la « fraction secrète » de l’OCI : au delà des multiples débats sur la guérilla, la « décomposition », le PS et le PCF, la manière de soutenir les grèves dans le textile au Puy, etc., cette organisation martelait qu’il fallait « chasser Giscard » et c’est simplement cela, en fait, qui faisait alors la différence. Claude poursuivit son combat à l’OCI, laissant germer tout ce qu’il avait lui-même semé, puis quitta, plus ou moins poussé dehors, cette organisation quelques années plus tard.

Par la suite, il fut pendant quelques années militant socialiste de base, puis sans affiliation, mais toujours actif et, surtout, toujours critique. Il fut en outre un pilier du SNES et de la FSU dans la Haute-Loire, animateur syndical dans son lycée jusqu’à sa retraite. Quand le verre était à moitié plein et à moitié vide, Claude était celui qui soulignait le côté vide, la conscience critique, souvent alarmiste. Le pessimisme de la raison atteignait chez lui des proportions qui magnifiait d’autant plus l’optimisme de la volonté toujours associé à la recherche intellectuelle la plus concrète.

Dans les années 2000, Claude a soutenu et écrit pour le bulletin Liaisons à la rédaction duquel il a participé, ainsi que pour la revue Carré rouge. Progressivement la maladie l’a assigné à résidence, mais une résidence sereine et réfléchissante. Le verre n’était plus toujours avant tout à moitié vide, il avait aussi un côté lumineux, où la politique était de moins en moins séparée de la philosophie, de la poésie et de l’aspiration à la beauté. Dans la dernière période, nous nous téléphonions périodiquement et ce qu’il attendait de moi était une sorte de rapport politique, allant de l’Ukraine à la vie syndicale locale, qu’il avalait en le ponctuant de remarques courtes mais précises.

Amitiés à Annick et à ses deux filles. Il est absolument évident que la trace de Claude, modeste et rétréci, mais concentré, par cette maladie, est de celles qui demeurent, sur le Velay où il avait posé sa volonté de vivre, de combattre et de penser.

 VP.

A propos aplutsoc

Arguments Pour la Lutte Sociale - Ce bulletin, ou circulaire, est rédigé par des militants pour qui le siècle commencé est gravement menacé par le capital, et pour qui la révolution prolétarienne, prise en main de leur destinée collective par les exploités et les opprimés eux-mêmes, est plus que jamais à l’ordre du jour. Il a pour but de fournir des arguments, des éléments politiques, des propositions d’action et matière à débat à toutes celles et tous ceux qui veulent ouvrir, en France et au niveau international, une issue politique aux luttes sociales qui ne cessent pas.
Cet article a été publié dans Nécrologie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.